Warning: A non-numeric value encountered in /home/haitipol/public_html/wp-content/themes/Divi/functions.php on line 5605

The Inter-American Commission on Human Rights (IACHR) reiterates its grave concern over the consistently escalating violence in Haiti and calls upon the government of Haiti, in coordination with the international community, to implement immediate preventative measures consistent with international human rights standards to quell the violence and restore security in Port-au-Prince and throughout the country. The Commission?s concern is especially urgent because, over more than thirty years of monitoring the situation of human rights in Haiti, the Commission has rarely witnessed the situation deteriorate to the current state, where residents in some parts of Port-au-Prince have effectively been held hostage to the unrestrained intimidation and violence of armed gangs with no effective protection from the State or the international community.


As noted in its most recent press release No 22/05 and confirmed during a working visit to Haiti from July 11 to 15, 2005, the Commission is extremely concerned with the daily violence concentrated in the capital city of Port-au-Prince which has claimed an estimated 700 lives since September 2004, including over 40 police officers. Hospital Saint Joseph, which receives many incoming patients from affected neighborhoods, registered 865 patients injured from bullet wounds since December 2004, 200 of which were registered during the month of June 2005. Approximately 75% of these victims are reported to have been women and children, some of whom are reported to have been used as human shields by armed gangs during confrontations with the Haitian National Police and international forces. Many of the incidents have occurred in neighborhoods of Port-au-Prince, commonly referred to as ?zones de non-droit?, where the Haitian National Police and U.N. peacekeepers are absent and where armed gangs exert exclusive control. Consequently, current conditions in these areas do not allow human rights defenders to monitor the situation or provide assistance to victims, nor do conditions permit access to proper medical assistance, further exacerbating the harmful conditions under which thousands of Haitians live and causing the displacement of large numbers of inhabitants in affected areas. Moreover, these zones have functioned as operation centers for kidnappings perpetrated in other parts of the city. While the Haitian National Police and United Nations forces have undertaken isolated operations in Cité Soleil and other locations, these efforts have not been sufficient to regain control over these areas, to quell the violence and to effectively protect the lives of civilians.


The Commission continues to be particularly concerned with the wave of kidnappings, where multiple incidents are occurring on a daily basis. While in some cases, the victims are released in exchange for the payment of cash, there are increasing reports from victims of physical abuse, torture and rape during their sequestration. To-date, the State has failed to capture, prosecute and punish the perpetrators of these crimes, which has contributed to a climate of widespread fear and intimidation in Port-au-Prince as well as the longstanding crisis of impunity that has plagued the country.


The Commission particularly condemns the recent attack on the prominent journalist Jacques Roche who was kidnapped on July 10, 2005 and subsequently tortured and murdered by his assailants. Available information suggests that these reprehensible acts were perpetrated based upon Mr. Roche?s activities as a well-known newspaper and television commentator. The Commission condemns such attacks and acts of intimidation perpetrated against journalists and human rights defenders and calls on the state to effectively ensure the right to life, the right to humane treatment and the right to freedom of expression enshrined in the American Convention.


 In these grave circumstances, the Commission reiterates its call for immediate and decisive measures, consistent with international human rights standards, to contain the violence in order to effectively protect the life and physical integrity of Haitians and other residents of Haiti and to ensure that the upcoming legislative and presidential elections in the country are carried out within an environment free of fear and intimidation.


Washington, D.C., July 22, 2005

Dread Wilmé et plusieurs de ses lieutenants tués dans des échanges de tirs avec la Minustah, selon des riverains

Emmanuel Wilmé alias Dread Wilmé et plusieurs de ses lieutenants ont été tués, mercredi matin, au cours d?une opération menée à Bois-neuf (Cité Soleil) par la Minustah, selon des riverains.

Violence en Haïti: Jose Miguel Insulza lance une mise en garde aux bandits qui veulent entraver le processus électoral

Le Secrétaire général de l?Organisation des Etats Américains (OEA) dénonce la violence politique en Haïti.

Importante opération des forces de l’ordre dans le quartier de Bois-neuf, Cité Soleil

Les forces de l’ordre mènent depuis ce matin une importante opération dans le quartier de Bois-neuf à Cité Soleil où sont retranchés des activistes armés pro-lavalas dont le nommé Dread Wilmé.

Originally: DISCOURS DE L?AMBASSADEUR DES ETATS-UNIS EN HAITI,

DISCOURS DE L?AMBASSADEUR DES ETATS-UNIS EN HAITI,


M. JAMES B. FOLEY A L?OCCASION DE LA CELEBRATION
DE LA FETE DE L?INDEPENDANCE DE SON PAYS
 


 


3 Juillet 2005


 


M. le Ministre, membres du gouvernement, distingués invités, chers amis,


 


Je vous remercie tous de venir partager avec nous la célébration du 229ème anniversaire de l?indépendance des Etats-Unis.  Je crois que c?est particulièrement important que nous soyons tous réunis ensemble ? Haïtiens, Américains et nos amis de la communauté internationale ? pour manifester notre solidarité avec le peuple haïtien dans un des moments les plus douloureux de son histoire.  L?histoire de mon pays a été aussi marquée par des épreuves difficiles: une guerre civile, deux guerres mondiales et la lutte contre la discrimination raciale dans notre société.  Depuis le 11 septembre 2001, nous nous trouvons encore confrontés à un défi majeur.  Ce jour là, nous avons été frappés par la plus grande attaque terroriste jamais connue.  Mais le peuple américain n?a pas cédé devant ce défi; il reste déterminé à vaincre ce fléau quel que soit le coût pour nous, quelle que soit la durée de l?épreuve.


 


Cette expérience nous rend très conscient du drame que vit le peuple haïtien en ce moment.  Aujourd?hui en Haïti, on brûle des maisons; on brûle des magasins; on attaque des transports et des voies de communications; on kidnappe des gens de toute catégorie sociale; on assassine, torture et viole impunément.  L?attaque du premier juin contre le marché Tête B?uf était d?une sauvagerie inouïe; on tirait sur des gens pour qu?ils périssent à l?intérieur du marché qu?on brûlait.  4,000 commerces ou emplois étaient perdus. 


 


Tout ceci a un nom.  L?utilisation de la violence contre des civils à des fins politiques est la définition même du terrorisme.  La différence avec notre expérience, c?est qu?en Haïti ça se fait sourdement, quotidiennement, en sous main.  Les terroristes n?osent pas dire leur nom; ils n?osent pas revendiquer leurs actes.  Il y a certes des éléments criminels et occultes qui s?alignent avec les commanditaires politiques, et dont la participation rend le projet politique encore plus illégitime.  Mais pour l?essentiel nous savons de quoi et de qui il s?agit.  C?est pourquoi notamment L?Ambassadeur Valdès a condamné certains soi-disant représentants politiques qui viennent à des réunions avec les Nations Unies alors qu?ils planifient en même temps des actes de violence contre les forces des Nations-Unies. 


 


Les gens qui alimentent la violence peuvent certes faire encore du mal.  Ils sont forts pour détruire.  Mais ils ne peuvent rien construire; ils ne peuvent rien faire de bien pour le pays.  En fait, leur utilisation de la violence est un aveu de faiblesse.  Ils prétendent représenter beaucoup d?Haïtiens, alors qu?en fait ils les terrorisent et les tiennent en otage, empêchant toute possibilité d?une reprise économique au bénéfice de la population.  Ils prétendent être populaires, alors qu?en réalité ils ont peur d?aller aux élections.  Ils font des actes terroristes pour détruire le processus électoral afin de reprendre le pouvoir pour servir leurs propres intérêts.  Ils veulent surtout empêcher le peuple de choisir librement ses prochains dirigeants.


 


Mais ils ne réussiront pas.  D?abord parce qu?ils ont besoin de l?anonymat, et ceci ils ne l?ont plus.  Il n?y a pas un gouvernement responsable dans le monde qui va traiter avec ceux qui sèment la terreur en Haïti.  En poursuivant leur campagne de destruction et de déstabilisation, ils se mettent hors jeu politiquement.


 


Ils ne réussiront pas ensuite parce qu?ils n?ont pas l?appui du peuple.  Le peuple veut la paix et le progrès économique.  Ça passe par le retour au calme, seul moyen de faire valoir l?aide internationale et de faire venir des investissements nécessaires à la reprise économique. 


 


Ils ne réussiront pas finalement parce que la communauté internationale ne va pas céder à la pression terroriste.  La solidarité de la communauté internationale envers le peuple haïtien fera ses preuves.  La MINUSTAH et tous les membres des Nations Unies qui la soutiennent vont créer le climat nécessaire pour la tenue des élections libres et indépendantes en Haïti.


 


Mais pour réussir, nous avons besoin du concours de toutes les composantes de la société haïtienne.  Il faut d?abord un sursaut d?unité nationale contre la violence et en faveur de la reconstruction du pays.  Le gouvernement de transition remanié a désormais la feuille de route du Conseil des Sages, appuyé aussi par la société civile, pour mettre en application.  Il s?agit de faire du progrès rapide et concret dans des domaines de la sécurité, de la préparation des élections et dans la lutte contre la misère dans des zones les plus démunis.  Le Conseil Electoral Provisoire est aussi appelé a se dynamiser pour enfin jouer efficacement son rôle dans la préparation des élections.  Finalement, les partis politiques, eux aussi, ont une grande responsabilité dans la réussite de la transition.  Il faudrait qu?ils trouvent entre eux l?unité autour des intérêts suprêmes de la nation ? d?abord en condamnant tous, sans exception, la violence entretenue à des fins politiques; ensuite, en oeuvrant pour une consolidation des partis et des candidatures afin de donner au peuple des choix cohérents et viables au moment des élections.


 


Ici ce soir, le thème de notre célébration est Démocratie pour tous.  Autour de ce thème, nous avons organisé une exposition des mouvements démocratiques à travers le monde ? en Asie, en Europe, aux Etats-Unis, en Haïti.  Chaque photo témoigne du désir de tout être humain de participer à sa destinée en votant pour les candidats de son choix.


 


A cette occasion donc, je lance un appel à tous les Haïtiens d?aller s?inscrire pour les élections, afin de pouvoir choisir votre destinée.  Je sais qu?en ce moment on ne voit pas clairement comment sortir de la situation actuelle.  Mais la clé du changement est entre vos mains.  Vous n?avez pas seulement à vous inscrire; vous avez aussi le devoir de vous mobiliser pour exiger des partis politiques et des candidats éventuels des plans concrets pour changer le pays.  Vous avez trop d?expérience avec des politiciens qui font des promesses qu?ils ne réalisent pas, et qui cherchent le pouvoir pour profiter eux-mêmes du pouvoir. 


 


Mesdames et Messieurs, je termine en rappelant le passage récent en Haïti d?un grand Américain, l?Ambassadeur Andrew Young, dont le témoignage et l?expérience personnelle ont beaucoup de rapports avec la situation actuelle en Haïti.  L?Ambassadeur Young était un compagnon de route du Dr. Martin Luther King, Jr.; il était présent lors de son assassinat.  Il nous a expliqué comment lui et ses collaborateurs ont décidé de renoncer a la vengeance et de continuer sur la voie pacifique pour obtenir des changements pour lesquels le Dr. King a donné sa vie. Il a aussi expliqué comment en tant que Maire d?Atlanta il a pu réunir toutes les classes sociales pour travailler ensemble pour le bien commun.  Il a pu persuader des riches notamment qu?ils avaient intérêt à ce que l?économie s?ouvre à toute la population, même dans des zones les plus démunies.  Aujourd?hui, la prospérité étonnante de la ville d?Atlanta est le fruit de la réconciliation et de la collaboration entre toutes les composantes sociales que l?Ambassadeur Young a su inspirer, pour que le rêve américain soit accessible à tous.


 


On a besoin d?un tel rêve en Haïti actuellement.  On a besoin d?un élan de solidarité entre tous les frères et s?urs du pays pour finalement arrêter une violence qui a trop marqué l?histoire d?Haïti; pour tourner la page de ces 20 dernières années combien difficiles; et pour aller de l?avant vers la démocratie et le progrès économique pour tous.  Les Etats-Unis sont liés à jamais à Haïti.  Vous pouvez compter sur le peuple américain pour vous aider et vous accompagner tout au long de ce chemin difficile mais incontournable.

Les Etats-Unis n’envisagent pas de dépêcher des marines en Haïti, selon un porte-parole du Département d’Etat américain

An anonymous political official has said that the U.S. has no intention of sending marines to support the MINUSTAH.