PORT-AU-PRINCE, 15 févr (AFP) – La justice haïtienne a demandé samedi au département américain de la justice l’ouverture d’une enquête sur un des membres de l’opposition haïtienne Andre Apaid, l’accusant de possibles violations de la législation américaine.


André Apaid, “est citoyen américain et n’a jamais renoncé à sa nationalité américaine” et à ce titre “ne peut tenter de renverser un gouvernement démocratiquement élu par la force” ou “demander la démission d’un président démocratiquement élu” dans un pays étranger, a expliqué samedi à Port-au Prince Ira Kurzban, avocat du gouvernement d’Haiti au Etats-Unis.


“De tels actes sont en contradiction avec la loi américaine” a-t-il souligné en invoquant la loi sur la “neutralité” (“neutrality act”).


Cette loi, votée en 1937, interdit à tout citoyen américain “d’exporter” un conflit en territoire étranger sous peine d’être poursuivi par la justice américaine.


Me Kurzban a a dénoncé également l’embargo du gouvernement américain sur les fournitures de matériels à la police haïtienne tels que les “gaz lacrymogènes” ou des matériels pour contrôler les manifestations. Il a condamné “l’absence de pressions de la communauté internationale et des Etats-Unis sur l’opposition pour qu’elle négocie avec le président Jean Bertrand Aristide”.


Le 9 février M. Apaid interrogé par la chaine de télévision canadienne avait déclaré que le président Jean Bertrand Aristide est “la source du chaos” et “l’obstacle à la démocratie” en Haïti, en appelant à son départ du pouvoir.


Depuis une dizaine de jours une vague de violence s’est emparée d’Haiti et une cinquantaine de personnes sont mortes dans des affrontements. DL/vk/pa – Article No. 20040215200911