I was a monitor for Haiti’s 1990 elections, when Jean-Bertrand Aristide won two-thirds of the popular vote. It happened that my election eve was spent watching the vote tallying in a classroom in Cité Soleil, the vast shantytown built out onto landfill near Port-au-Prince.


I remember buying rolls and butter and soft drinks for the poll workers, who sat by candlelight counting and recounting each paper ballot cast for president, for legislators and local officials. Meticulous they were, and Aristide and those on his ticket won all but about five of the 190 votes counted in that station.


Cité Soleil was wild about the young priest who had preached in the nearby St. Jean Bosco Church and nearly lost his life there when thugs attacked it in 1988. The issue for monitors was whether, in an area where support for Aristide was so strong, the popular and charismatic priest would be allowed to win. It felt like a historic moment.


In 2003, Aristide still looms large over Cité Soleil, but the love has turned to bitterness. For years now, young gangsters have been the president’s core supporters there. Flattered by his attention, they have made something of a living in politics and crime, while holding Cité Soleil in fear. But early this month, the leading gangs turned sharply against the president.


What has happened?


Cité Soleil suffered for its love of Aristide during three years of military rule from 1991 to 1994. Bodies turned up regularly in its streets, particularly after the paramilitary organization called FRAPH formed. It was a scary place. I would carry a box of condoms during visits to pass for a family-planning worker.


FRAPH’s membership swelled as many people began to lose hope that the military could be ousted; whether out of venial inclination, self-preservation or direct pressure, many joined the paramilitary group that resembled Duvalier’s old Tonton Macoutes. In Cité Soleil, FRAPH’s coordinator was a local politico named Fritz Joseph.


Joseph was in charge when an arson fire around Christmas 1993 destroyed hundreds of small homes and killed at least a dozen people. Lawyers with the Aristide government are still working on a lawsuit against FRAPH for the fire and have called for the U.S. government to extradite FRAPH chief Emmanuel Constant to Haiti. But Joseph does not need to be extradited; Aristide appointed him mayor of Cité Soleil in 2002.


How could Aristide have named a former FRAPH chief to be mayor? I still puzzle over this, but I think that most of the answer lies in an essential continuity between the FRAPH paramilitary force under military rule and the gangs that back Aristide today. These groups have never had much ideology, so for one to support the army and the other the man who dissolved it means little. What really matters is allegiance and access to power and scarce resources.


Today, Joseph is finally being denounced, but it’s by the gang members he helped nurture. They say that he was behind the Oct. 31 killing of an influential 23-year-old thug and former Aristide loyalist nicknamed ”Colobri.” A new leading Aristide loyalist has already emerged: Emmanuel ”Dread” Wilmé. He is only 22, but, as most of his predecessors, he likes to call himself a political militant who faithfully serves the president. How long will he survive?


As for Cité Soleil, there is more violence here today than during the military rule. It is poor, and its residents lack many things. But what they need most is peace and security. Thousands of people have fled, with regret, missing what they say were the lower rents and better grocery prices. Large swathes of Cité Soleil today are barren and burned out, where small homes have been destroyed, mostly in gang wars, and the streets are thinly populated.






Originally: Communiqué de presse

Alors que l’ambition du Président Aristide était d’aller vers plus de démocratie, c’est une dictature
qui se met en place depuis plusieurs années en HAITI.

Malgré les démarches de l’OEA et de l’ONU, le Président Aristide ne supporte pas la moindre critique
et n’est pas prêt à céder le moindre espace politique à l’opposition et à la société civile.

Le PS condamne vigoureusement la répression qui a suivi la manifestation pacifique du 14 novembre
dernier au cours de laquelle 23 participants ont été emprisonnés et d’autres ont été blessés par la police
ou les milices pro-Aristide.

Toutes les tentatives de médiation ou de conciliation ayant échoué, le départ d’Aristide semble être aujourd’hui la seule chance pour remettre ce pays dans le sens de la transition démocratique.

Le PS soutient les partis politique et la société civile dans leur volonté de liberté et de démocratie.

Le Secrétariat International du Parti Socialiste Français


Pour authentification,


Micha Gaillard
Secrétaire Général adjoint du KONAKOM

Originally: Anti-Lavalas Protests in Cité Soleil: What’s Going on?


Anne Fuller recently left the OAS Special Mission to Strengthen Democracy in Haiti, where she was a human rights specialist.  She is the author of numerous reports on human rights in Haiti since 1988.


There was unusual news in early November from Cité Soleil, heretofore a
fortress of support for Lavalas: demonstrations against President Aristide.
As in Gonaïves, bands of once unconditional Aristide defenders turned almost
overnight into ferocious opponents.  For Cité Soleil, the decisive moment
was the October 31 assassination of the gang leader known as “Kolobri.”


However this situation may evolve-the possibilities certainly include
further killings as well as new political switches-it is worth trying to
understand how Cité Soleil got to this point and what that says about Haiti
today.


Kolobri, or Rodson Lemaire, only 23 years old, was perhaps the most feared
gang leader in the Cité.  He was chief lieutenant and enforcer for “Labanyè”
(Thomas Robenson) who heads the once dominant baz from the Boston section.
Together they had killed and robbed a not insignificant number of other Cité
Soleil residents.


Labanyè and Kolobri, as they are universally known, were the kings of Cité
Soleil for less than three years- receiving invitations to the national
palace and special treatment from long-time departmental police director
Hermione Leonard.  Their careers were a mixture of lurid crimes and
political operations and neither got rich; it seems almost poignant that
Kolobri’s family and cronies must collect funds in order to bury him.


The gangs of Cité Soleil have been on-and-off allies of the police and the
national palace since at least 1996.   The relationship goes far beyond
informer & cop, as is common in many places; fundamentally it is a political
relationship.  The gangs carry out their criminal activities with impunity
as long as they help the police and political leaders.


Kolobri and his fellows often took their place among the Brigades Speciales
or BS forces that have been denounced by human rights groups, during
sensitive political operations.  The most extraordinary and confirmable such
incident occurred in October of last year.  Under pressure from the
international community to comply with OAS resolutions, the police force
undertook a number of highly publicized disarmament operations, including
one in Cité Soleil.  On the afternoon of October 17, director Hermione
Leonard informed the gang leaders of her plans and then, helpfully,
collected their weapons and stashed them safely outside the Cité.  That
night, she provided Labanyè, Kolobri and four others with police uniforms
and masks or cagoules.  The gang members took places alongside police, not
all of whom knew what was going on, as they entered the Cité for an
imaginary disarmament operation.  Mme. Leonard returned the stashed weapons
the next day.


Kolobri and Labanyè also led the group that at the behest of another local
police chief ambushed opposition activist Carline Simone in March 2003 when
she went to a meeting near Cité Soleil.  She and her husband then spent
several days in illegal detention, before being freed following
international protests.


And the two were key actors in the preparation of Cité Soleil’s response to
the Group of 184’s Caravan of Hope visit July 12.  The then chief of
presidential security, Oriel Jean passed the word to Labanyè and Kolobri to
prepare burning tires, rocks and a propaganda campaign.  Johnny Occilius, a
smart and savvy young popular organization leader with a no-show patronage
job at the Cité Soleil city hall, was party to the plans, but unbeknownst to
the others, was getting ready to tell all.


A few weeks earlier his government handlers had asked Occilius to help them
finger Kolobri, Labanyè and their high-ranking patron, Hermione Leonard, for
elimination as political liabilities.  Already disillusioned with the
cynicism of his political missions, Occilius drew a line at involvement in
murder and made his well-known decision to leave the country.  His
revelations rocked the political class certainly, but they shook Kolobri,
Labanyè and Hermione Leonard, too.  The first public sign of this came
September 8, when the motorcade of President Aristide was stoned inside Cité
Soleil.  After that, the Boston gang leaders began seeking ways out of
Haiti.


The new great Lavalas loyalist in Cité Soleil is Emmanuel “Dread” Wilmé, who
has been the arch rival of Labanyè and Kolobri since he lost a bloody
two-week confrontation in August and September of 2002.  At least 20 people
died there, including three children and an old woman who burned to death in
some of the score of houses set afire.  Labanyè, Kolobri, and their late
cohort Maxon Moreau (known as “Kolonel Gay” or “Ti Frè”) forced Dread Wilmé
and many others to abandon their homes in the Cité.  Wilmé and his allies
skirmished several times trying to get back in.  On October 12, 2002, they
killed 12 people in Boston-controlled areas, but Boston retaliated and
executed an equal number in Bois Neuf, and held onto control.  Dread Wilmé
is only 22 and spent part of his early life in President Aristide’s Lafanmi
Selavi shelter for street kids.


Labanyè’s erstwhile ally Maxon Moreau was not long for the world.  More of
an outright criminal than a political operative, which was likely his
undoing, Ti Frè was 24 when his one-time partners, with police back-up, shot
him to death on November 7, 2002.  His two brothers were executed the same
day; altogether they left eight young children.


Now, a year later it was Kolobri’s turn.  Labanyè told reporters this week
that his comrade had been ambushed by police. He charged that interior
minister Jocelerme Privert and Jean-Claude Jean-Baptiste, the former police
director who is an intimate of the president, were out to kill him.  It is a
bitter betrayal he says, by President Aristide for whom he has given
everything.


It is a very nasty picture.   A long-time Port-au-Prince human rights
monitor describes seeing three generations of Cité Soleil political/criminal
thugs rise and perish since 1994. Their life expectancy is very short; yet
young men whose world is the streets of Cité Soleil and whose ambitions do
not rise beyond it, continue to be recruited, used and then destroyed by
cynical political leaders.

Originally: Les_représentants_des_Etats-Unis_et_de_l’Union_Européenne_absents_aux_festivités_des_200_ans_de_Vertières_

  Les représentants des Etats-Unis et de l’Union Européenne


> absents aux festivités des 200 ans de Vertières

>

>       L’ambassadeur américain en Haïti , James Foley , a annoncé

> qu’il ne participera pas aux activités officielles de célébration

> du 200ème anniversaire de la Bataille de Vertières , ce mardi 18

> novembre 2003 , au Cap-Haïtien.

>

>       Dans un communiqué publié dans l’après-midi de ce lundi 17

> novembre, le diplomate a exprimé les protestaions de

> l’Administration Bush suite à l’action des OP Lavalas et de la

> Police à l’occasion du rassemblement avorté du Groupe des 184 ,

> vendredi dernier à Port-au-Prince. James Foley qui croit que la

> solution à l’impasse actuelle passe par les élections invite le

> gouvernement à se ressaisir à l’approche du bicentenaire de

> l’Indépendance, le 1er janvier.

>

>       Les ambassadeurs de l’Union Européenne abondent dans le même

> sens. Dans une déclaration publiée, ce lundi, l’ambassadeur

> d’Espagne , Raphael Matos, a dénoncé l’intervention violente des

> partisans du pouvoir au rassemblement pacifique du regroupement de

> la Société Civile qui se devait de présenter son projet de “nouveau

> contrat social” et un plan de sortie de crise.

>

>       Entretemps , 23 des 25 membres du Groupe des 184 arrêtés par

> la police lors du rassemblement avorté ont été présentés au

> Tribunal, ce lundi. Ils ont été renvoyés en garde à vue au

> Commissariat de Port-au-Prince , faute de rapport de police prêt à

> temps et en dépit d’aucune charge retenue par la justice, selon

> leurs avocats. 

Originally: Written in Blood: The Death of St. Domingue, 1801-03

Get a copy of this book.


The atrocities of Rochambeau, the noirs? fear of re-enslavement, the despair


of hommes de couleur again stripped of their rights?all these accomplished


what no ruler or regime in Haiti ever again achieved. For the first and last time


in the history of the country, Haitians of all colors spontaneously united in a


single cause.


Only two years earlier, Pétion and Geffrard and the other mulâtre officers of


Rigaud had fought Dessalines and Christophe to the last cartridge. Now they


freely linked arms behind the fierce noir who had drenched the whole South


with the blood of gens de couleur. Yet it was Dessalines himself who in the final


analysis unified his countrymen.


Subordinating the perfidy, rancor, and cruelty that had dominated his actions


and would do so again, Dessalines made himself the embodiment of the struggle


for independence.


In the saddle night and day, like Toussaint before him, Dessalines was


everywhere. In January 1803 he organized the North and Northwest. Then,


leaving the West to Pétion (whom he now addressed as “compPre”), he entered


the South and met with Geffrard and the chiefs of the bands who had


acknowledged him. Here, at Camp Gerard, outside Les Cayes, Dessalines first


noticed an intense young mulâtre, Boisrond-Tonnerre, who had escaped through


the French outposts and was soon to become his secretary and amanuensis.


By May it seemed to Pétion that the time had come for some formal act of


unification, if only to secure the firm allegiance and effective collaboration of


the congo chiefs.


Belair had burned Arcahaie in 1802, but it was still a lovely spot. Beside its


beach and under its palms, the generals and the chieftains met on 14 May. With


Christophe, Pétion, and Clervaux beside him, Dessalines hammered home the


need for unity. Up to this moment the Haitians had fought under the flag of


France. On 18 May, the last day of what was later to be called the Congress of


Arcahaie, all swore allegiance to Dessalines. The table at which he stood was


draped with the Tricolor. Seizing the flag, Dessalines rent out the white and


ground it underfoot. As soon as the red and blue could be stitched together (by


Catherine Flon, goddaughter of Mme. Dessalines), the Haitians had a flag of


their own.

Originally: Written in Blood

Get a copy of this book.


With 16,000 men Dessalines marched north to finish the work begun


by Macandal and Boukman.


Rochambeau had ten forts and several batteries defending the Cap. Two?


Picolet and d?Estaing (a naval battery)?covered the harbor; the remainder, on


high ground, flanked the precipitous defile that leads from the Haut-du-Cap into


town.


Rather than institute formal siege, for which he lacked the artillery and which


he doubted his army could maintain, Dessalines decided to take the Cap by


storm. During the night of 17-18 November the Haitians emplaced their few


guns to bombard Fort Bréda, sited on the habitation whose former coachman


now lay buried within the Fort de Joux. Before dawn, Christophe and Romain


were silently moving to seize d?Estaing (today known as Batterie des Mornets)


from the rear. A storming column?the 9th Demibrigade under Capoix-la-Mort,


bravest man in a very brave army?massed to attack two mutually supported


positions, Butte de la Charrier and VertiPres. In Haitian hands, either work


would envelop and permit neutralization of Bréda.


As the French trumpets sounded reveille, Clervaux fired the first shot. The


Haitian howitzers opened on Bréda, and the forts responded with a roar. On that


signal, Christophe and Romain swarmed over d?Estaing and turned its guns on


the town below. Capoix, mounted on a great charger, led his demibrigade


forward despite storms of grape from the forts on his left. The approach to


Charrier ran up a long ravine under the guns of VertiPres. French fire tore gaps


in the Haitian column, but the Haitian soldiers closed ranks and clambered past


their dead, singing as they did,


“A 1’assaut, Grenadiers!


ça qui mouri pas z?affaire yo.


Nan point mamans.


Nan point papas.


A l?assaut, Grenadiers!


Ça qui mouri, z?affaire yo!”



Capoix?s horse went down. Capoix picked himself up, drew sword, and


advanced on foot. Rochambeau, whose vices did not include cowardice, was


watching from the rampart of VertiPres. As Capoix plunged ahead, the French


drums beat a sudden cease-fire. Like an arrested motion picture, the battle stood


still. A French staff officer clambered stiffly down. “General Rochambeau,” he


shouted, “sends compliments to the general who has just covered himself with


such glory!” Then he saluted the Haitians, faced smartly about, and the fight re-


sumed.


To reinforce the spent battalions of Capoix-la-Mort, Dessalines sent in his


reserve under Gabart, at twenty-seven youngest of the generals, and Jean-


Philippe Daut. By mid-afternoon they had taken the Butte de Charrier. Inside


VertiPres the French magazine went up, taking with it the reserve ammunition;


two-thirds of the defenders lay killed or wounded. In the grand style of the


Empire, Rochambeau?s guard of grenadiers formed for a final charge. But


Gabart, Capoix, and Clervaux?the last fighting with a French musket in hand


and one epaulet shot away repulsed the desperate counterattack.


Then the heavens opened, and thunder, lightning, and sheets of rain drowned


the battle. Under cover of the storm, Rochambeau pulled back from VertiPres,


knowing he was beaten and that St. Domingue was lost to France.











 



 


 


                          


COMMUNIQUE DE PRESSE



Ambassade des Etats-Unis d?Amérique

Bureau des Affaires Publiques 

                

14, Avenue Marie-Jeanne

Port-au-Prince, Haiti

Tél:  222-1504 / 222-5726

Fax:  223-8324

                                                                           

                                                                    

      

Le 17 Novembre 2003

No. 2003/ 66



DÉCLARATION DE L?AMBASSADEUR FOLEY À L?OCCASION

DE LA COMMÉMORATION DE LA BATAILLE DE VERTIÈRES



Le Gouvernement et le peuple des Etats-Unis sont profondément

conscients de l?importance, demain, de la célébration du bicentenaire

de la Bataille de Vertières.  La victoire sur le champ de bataille,

des héros d?Haïti, était également celle du monde entier; cela a

permis la naissance d?Haïti comme nation indépendante, mais a aussi

inspiré le mouvement indépendantiste hémisphérique et la lutte

mondiale pour l?abolition de l?esclavage.  Les héros d?Haïti sont

donc ceux du monde entier.



                 C?est donc pour rendre hommage à ces héros et pour témoigner notre

solidarité avec le peuple haïtien que les Etats-Unis seront

représentés aux cérémonies de Vertières demain.  J?avais l?intention

d?être présent moi-même, mais ceci a malheureusement été rendu

impossible par les évènements du 14 novembre.  En effet, le

bicentenaire de Vertières sera célébré à l?ombre de l?empêchement,

par les organes de l?Etat, d?une manifestation pacifique de la

société civile au Champ de Mars, vendredi dernier.  Nous déplorons le

fait que des citoyens haïtiens aient été empêchés d?exercer leur

droit le plus fondamental d?expression et de réunion – droits que les

héros haïtiens de Vertières ont aidé à établir.  Nous déplorons aussi

l?arrestation et la détention continues de plus d?une vingtaine

d?organisateurs de cet événement.



        Le gouvernement des Etats-Unis continue de soutenir les efforts de

l?OEA pour former un CEP de consensus et lancer un processus qui

mènerait à la tenue d?élections libres et honnêtes.   Nous demeurons

convaincus que c?est la meilleure solution pour sortir de la crise

politique.  Cependant, pour que cette initiative réussisse, le

gouvernement d?Haïti doit démontrer un minimum de bonne foi et

prendre des mesures pour restaurer la confiance dans les institutions

politiques et celles chargées de garantir la sécurité.



        La date du bicentenaire de l?indépendance d?Haïti s?approche à

grands pas.  Les Etats-Unis tiennent à être présents aux côtés du

peuple haïtien pour célébrer ce grand événement.  Nous espérons donc

vivement que, d?ici là, le gouvernement d?Haïti assumera ses

responsabilités et agira dans l?intérêt du peuple haïtien.

 

                                                                          

Originally: Le Gouvernement d?Haïti mérite d?être condamné

Le Gouvernement d?Haïti mérite d?être condamné
(Article publié en anglais le 13 novembre 2003 dans le journal new-yorkais NEWSDAY)

Par Raoul Peck

Lorsqu?il est question de violations des droits de la personne, de répression et de corruption, trop de dirigeants africains-américains semblent avoir une approche à double facette, appliquant l?une ou l?autre facette selon qu?il s?agisse de l?Afrique ou des Antilles.  


En juin dernier, le TransAfrica Forum, organisation progressiste africaine-américaine, a publié une lettre condamnant la répression orchestrée par le Président Robert Mugabe au Zimbabwe. TransAfrica fait valoir, dans cette lettre, que « les Noirs Américains ne peuvent se permettre de construire une romance autour des dirigeants africains s?ils espèrent préserver la pertinence de leur contribution aux luttes qui se déroulent sur le continent. Ils doivent être prêts à condamner les actes répréhensibles, même s?ils doivent, pour ce faire, critiquer des dirigeants révérés ». Fort bien dit, tout cela, mais qu?en est-il pour Haïti ?


Dans son rapport du 16 mai 2003, le TransAfrica Forum a plaidé en faveur du déblocage de l?aide étrangère à Haïti. En revanche, il a passé sous silence la dégradation de l?appareil d?État haïtien. Comment Bill Fletcher Jr., Président de TransAfrica, peut-il expliquer l?appui inconditionnel de l?organisation au régime de Jean-Bertrand Aristide tout en condamnant Robert Mugabe? Dans le dossier haïtien, on ne saurait faire abstraction des faits suivants :


Le retour d?Aristide au pouvoir en février 2001 a été précédée par des actes d?intimidation et une fraude électorale massive qui se sont soldés par le plus faible taux de participation enregistré depuis les élections de 1990 : à peine 15 pour cent des électeurs potentiels se sont rendus aux urnes.


Les violations des droits de la personne commises par le régime d?Aristide connaissent une augmentation fulgurante. Pour imposer la volonté du Président au peuple haïtien, les forces paramilitaires loyales au régime menacent les leaders de l?opposition, les activistes des organisations de base et les dissidents.  


La police haïtienne n?est ni neutre ni indépendante. Dès que son nouveau chef, Jean-Robert Faveur, a refusé d?hypothéquer l?indépendance des forces policières et de se plier à la volonté d?Aristide, il ne lui a fallu que deux semaines pour comprendre que se réfugier aux États-Unis était sa seule planche de salut.  


De nombreux journalistes haïtiens ont fui le pays récemment, parce qu?ils craignaient pour leur vie. Ceux qui demeurent sur place sont en butte à des menaces quotidiennes, et le climat politique ne cesse de se détériorer pour la presse nationale.


Dernier fait mais non le moindre, la corruption sévit à l?état endémique aux échelons supérieurs de l?administration actuelle. Des preuves abondantes attestent de la collusion entre le cercle des proches d?Aristide et les dirigeants du florissant commerce de la drogue dans le pays.


Comment le Caucus Noir du Congrès américain, TransAfrica et d?autres groupes apparentés peuvent-ils faire abstraction du meurtre de Jean Dominique ? le plus éminent journaliste d?Haïti ?, du manque de coopération de la part du gouvernement dans l?enquête sur ce meurtre, du bâillonnement qui s?en est suivi pour Radio Haiti Inter et du fait qu?à l?instar du chef de la police, la veuve du journaliste a dû se réfugier aux États-Unis après avoir fermé la station ?


Lorsque Jean-Bertrand Aristide a été écarté du pouvoir à la faveur d?un coup d?État, quelques mois à peine après son élection en 1991, les partisans de la démocratie se sont ralliés à sa cause dans le monde entier. Le Caucus Noir du Congrès et TransAfrica ont été à l?avant-garde des efforts qui ont mené au retour d?Aristide trois ans plus tard.


Depuis lors, le palmarès d?Aristide en tant que dirigeant politique ne correspond guère aux attentes. Aujourd?hui, des Haïtiens issus de tous les horizons socioéconomiques se détournent avec dégoût du « Prophète » et de sa coterie. Pourquoi les alliés traditionnels de la lutte démocratique d?Haïti parmi les Africains-Américains ne se tiennent-ils pas aux côtés du peuple haïtien ? Pourquoi n?ont-ils pas l?honnêteté de reconnaître qu?Aristide n?a pas répondu aux attentes de son peuple?


Haïti célébrera son bicentenaire en 2004. Des organisations africaines-américaines de premier plan se sont précipitées en grand nombre pour entrer dans la ronde des célébrations commémoratives du Gouvernement haïtien, sans s?interroger sur le désastre économique, moral et social qu?est l?Haïti d?Aristide.


Ne vous méprenez pas. En tant qu?Haïtien, je suis fier de mon patrimoine historique. Nous célébrerons et honorerons la mémoire de nos ancêtres, mais nous ne le ferons pas avec un régime despotique. Tôt ou tard, toute la lumière sera faite sur l?assassinat de Jean Dominique et de tant d?autres Haïtiens. Tôt ou tard, toute la lumière sera faite sur les lucratifs contrats de services de télécommunications, sur les virements de fonds vers les comptes bancaires à l?étranger et sur les scandaleux arrangements touchant au lobbying et à la sécurité privée  ? qui portent tous l?empreinte du règne d?Aristide.


Les dirigeants africains-américains ne rendent service ni à eux-mêmes ni à leurs électeurs en occultant ces vérités embarrassantes. Pire encore, leur attitude est moralement incorrecte. Aristide n?est ni un Nelson Mandela, ni un Martin Luther King Jr. TransAfrica a condamné le régime répressif de Robert Mugabe au Zimbabwe. Le plus tôt les dirigeants africains-américains prendront leurs distances par rapport au gouvernement dégénéré d?Aristide, le plus tôt la paix, la justice, la liberté, la démocratie et la simple décence cesseront d?être un rêve dérobé au peuple haïtien.

PORT-AU-PRINCE, 14 nov (AFP) – Plusieurs personnes ont été blessées par des jets de pierre vendredi dans le centre de Port-au-Prince au début d’une manifestation organisée par des représentants de la société civile avec le soutien de l’opposition au régime du président Jean Bertrand Aristide, a constaté un journaliste de l’AFP sur place.

Les pierres ont été lancées par des partisans du pouvoir, a-t-on précisé de même source.

La manifestation organisée par “le groupe des 184”, rassemblement de représentants de la société civile et de chefs d’entreprise, a commencé en milieu de journée dans le centre historique de la capitale haïtienne.

Le rassemblement a été considérablement gêné par de nombreux contrôles policiers et des poids-lourds mystérieusement en panne sur les voies d’accès à Port-au-Prince.

L’ambassadeur des Etats-Unis en Haïti, James Foley, l’ambassadeur de France Thierry Burkard ainsi que le responsable de la mission de l’Organisation des Etats Américains (OEA), l’ambassadeur canadien David Lee, ont prévenu le gouvernement haïtien que le déroulement de cette manifestation sera suivi avec grande attention par la communauté internationale et aura valeur de test sur les intentions démocratiques des autorités haïtiennes.


Exécutions, trafics d?armes ou de drogue… Haïti vit à nouveau dans la terreur des bandes armées, et proches du nouveau pouvoir de Jean-Bertrand Aristide.



Samedi 6 juillet 2002, tôt dans la matinée. Le Père Jean Hanssens se presse pour aller dire la messe lorsqu?il découvre un cadavre brûlé, rue Silvio-Castor, dans un quartier populeux de Port-au-Prince. “J?ai appelé la police. Vingt-quatre heures plus tard, le cadavre était toujours là, les gens du quartier avaient peur de parler”, raconte le religieux belge, installé depuis plus de trente ans en Haïti.


Depuis ce jour, il tient une macabre comptabilité. Avec l?aide des sept commissions de l?association Justice et Paix de Port-au-Prince, il épluche la presse et recueille les témoignages afin d?établir autant que possible un recensement des corps retrouvés dans les rues de la capitale. Son dernier rapport fait état de 59 cadavres en mars et avril. “C?est la même moyenne que dans nos rapports précédents, environ un cadavre par jour. Il y a quelques accidents, très peu nombreux, des règlements de comptes. Dans au moins 25 % des cas, les autorités paraissent impliquées, relève le Père Hanssens. Et encore, nos statistiques ne tiennent pas compte des enlèvements et des disparitions.”


La majorité des victimes, tuées par balles, n?ont pu être identifiées. Dans certains cas, des témoins courageux ont discrètement raconté qu?ils avaient vu des policiers ou des membres des “groupes tolérance zéro”(proches du pouvoir) exécuter des prisonniers. “Lorsque le cadavre porte des menottes en plastique, il s?agit en général d?une exécution extrajudiciaire”, indique le Père Hanssens.


Près du tiers des cadavres ont été retrouvés à Cité Soleil, l?interminable bidonville qui s?étend en bord de mer, à la sortie nord de la ville. Les “chimères”, bandes armées liées au pouvoir et souvent impliquées dans le trafic de drogue, contrôlent les quartiers de Cité Soleil, où plus de 300 000 personnes croupissent au milieu des ordures, sans eau potable ni égouts. En avril, 13 personnes y ont été tuées lors d?affrontements entre gangs rivaux. “Sous la dictature des Duvalier père et fils -la période 1956-1986- et pendant le coup d?État militaire -1991-1994-, les raisons de la violence étaient plus claires. Maintenant, on ne sait plus ce qu?il faut craindre, les coups viennent de partout. Je ne vois pas de volonté politique de lutter contre l?impunité ou d?instaurer une véritable démocratie. Je vois un pouvoir qui cherche à préserver ses privilèges à tout prix”, analyse le religieux, membre de l?ordre des scheut.


Cet ordre avait pourtant joué un rôle important au côté de Jean-Bertrand Aristide, dans les années 1980, lorsque le jeune curé de Saint-Jean-Bosco, dans le bidonville de La Saline, commença son ascension. A l?époque, il était l?apôtre de la théologie de la libération, promettait un avenir plus juste à la grande masse des déshérités. Fort de son aura de leader tiers-mondiste, il bénéficiait d?un soutien important à l?étranger, en particulier en France. Pendant des années, son mouvement, la Famille Lavalas (avalanche en créole), allait incarner l?espoir.


Aujourd?hui marié et père de famille – il a renoncé à la prêtrise en 1994 -, M. Aristide n?est plus le “prophète des bidonvilles” et ses soutiens d?hier ont pris leurs distances (Le Monde du 31 janvier 2002). Il vit à l?abri de hauts murs dans sa résidence de Tabarre, dans la banlieue de Port-au-Prince. Protégé par des gardes du corps américains, il ne se déplace qu?en hélicoptère. S?est-il pour autant converti en dictateur, comme l?affirment ses opposants ? “Il a poignardé l?espoir démocratique de ce peuple !”, s?exclame Evans Paul, l?ancien maire de la capitale, qui s?est publiquement excusé d?avoir naguère soutenu Aristide.


Evans Paul fut pourtant l?un des parrains de la candidature victorieuse de ce dernier à la présidence, en 1990. Au péril de sa vie, il s?est ensuite battu pour le retour au pouvoir du président déchu durant les trois ans d?intermède du coup d?État militaire qui fit plusieurs milliers de victimes. Dix ans plus tard, Evans Paul est l?un des adversaires les plus déterminés du chef de l?État, réélu en 2000 lors d?une consultation boycottée par l?opposition, la communauté internationale et la grande majorité des électeurs.


Jean-Claude Bajeux, ancien ministre de la culture, a lui aussi bataillé pour le retour d?Aristide après le putsch de 1991. A la tête du Centre ?cuménique des droits de l?homme, il dénonce désormais les dérives du pouvoir. “C?est le modèle mafieux, accuse-t-il, tout le pouvoir est concentré entre les mains du “parrain”, qui utilise tour à tour la séduction, la menace, l?argent et les exécutions sommaires. Il joue sur le climat d?insécurité et d?impunité pour maintenir une dose d?incertitude. Mais la violence est toujours là.”


Une histoire illustre bien la situation : celle d?Amyot Métayer. Militant du retour à l?ordre constitutionnel durant le coup d?État, Amyot Métayer, surnommé “Cubain” en raison de sa peau cuivrée, est pourchassé par les militaires et contraint de s?exiler aux États-Unis. A son retour aux Gonaïves, ville poussiéreuse située à 100 kilomètres au nord de Port-au-Prince, il crée une “organisation populaire” (OP) avec les jeunes laissés-pour-compte du bidonville de Raboteau. Trafic de drogue, extorsion à la douane de cette ville portuaire dont il prend le contrôle… Son OP lavalassienne se transforme en un gang ; elle devient l?Armée cannibale.


Exhibant pistolets et armes automatiques, les membres de cette “armée” font la pluie et le beau temps aux Gonaïves. Amyot Métayer désigne même les autorités municipales. A la demande du Palais national, ses troupes font aussi la chasse aux opposants. La communauté internationale réclame son arrestation et son jugement, comme l?a rappelé le diplomate américain James Foley, ancien porte-parole du département d?État, récemment nommé ambassadeur des États-Unis à Port-au-Prince, lors d?un petit déjeuner avec Aristide en septembre. Deux jours plus tard, le 22 septembre, “Cubain” était assassiné.


Aristide justifiait l?abandon de Gonaïves à l?Armée cannibale par le souci “d?éviter un bain de sang”, que le rétablissement de l?autorité de l?État risquait de provoquer. Jusqu?à la découverte du cadavre de “Cubain” à la sortie de Saint-Marc, une petite ville au sud des Gonaïves. Chacun de ses yeux avait été transpercé par une balle tirée à bout portant. Une exécution interprétée comme un message destiné aux autres chefs de gang, exécuteurs, complices ou témoins des basses besognes lavalassiennes qui seraient tentés de parler.


Selon Winter Etienne, porte-parole de l?Armée cannibale, Amyot Métayer aurait été éliminé sur ordre du pouvoir, car il s?apprêtait à faire des révélations sur l?assassinat, le 3 avril 2000, de Jean Dominique, le journaliste le plus connu du pays, fondateur de Radio Haïti Inter. Son engagement aux côtés de Lavalas n?avait pas entamé son indépendance, et il n?hésitait pas à dénoncer les méthodes du régime dans ses chroniques. Les magistrats qui ont tenté d?enquêter à partir des rumeurs insistantes mettant en cause des proches du président ont été contraints de fuir Haïti. Les responsables du crime n?ont jamais été inquiétés.


Les langues des policiers et des juges au courant des affaires délicates ne se délient qu?après leur mise à l?abri à l?étranger, que ce soit aux États-Unis, au Canada ou en France. C?est le cas, par exemple, de Jean-Michard Mercier, maire adjoint de Port-au-Prince entre 1995 et 2000. Réfugié en France, il affirme avoir vu Harold Sévère, un ancien du Palais national, aujourd?hui membre du cabinet du directeur de la police, à proximité de Radio Haïti Inter, le jour du crime.


Ces accusations suscitent la colère des partisans du président. “Ces gens sont prêts à toutes les bassesses pour avoir la possibilité de vivre en France ou aux États-Unis”, réplique Jonas Petit, le porte-parole de la Famille Lavalas à propos des témoignages des transfuges du régime. “Les médias ne parlent que des quelques cas non résolus, comme l?assassinat de Jean Dominique, mais regardez les États-Unis, personne ne prend au sérieux la thèse officielle sur l?assassinat de Kennedy”, ajoute-t-il en indiquant d?un signe de tête à son garde du corps qu?il peut s?éloigner.


“Les élites diabolisent les organisations populaires, les pauvres, qu?elles traitent avec mépris de “chimères” -surnom donné à certaines bandes de jeunes proches de Lavalas- et de “gros orteils” -surnom donné aux paysans- pour les maintenir dans l?exclusion. Bien sûr qu?il y a des voyous, mais n?oubliez pas qu?à son retour, en 1994, Jean-Bertrand Aristide avait demandé à l?ONU de désarmer la population. Non seulement ça n?a pas été fait, mais d?importants stocks d?armes des troupes internationales se sont retrouvés entre les mains de la population”,ajoute le jeune responsable de Lavalas, plutôt vif et avenant.


“En imposant le gel de l?aide à Haïti, poursuit-il, la communauté internationale espérait que le peuple se révolterait contre Aristide. Nous n?avons que 3 000 policiers pour 8 millions d?habitants. Ce n?est pas la force répressive de Lavalas qui a maintenu Aristide au pouvoir, mais tout simplement le soutien de la population. On conteste la légitimité de notre président. Mais quelle est la légitimité de Bush ? L?OEA -Organisation des États d?Amérique- s?est tue lors de la crise électorale aux États-Unis.”


L?une des premières décisions du président Aristide à son retour d?exil fut de dissoudre l?armée haïtienne. Avec l?aide d?instructeurs américains, français et canadiens, une nouvelle police fut formée à la hâte. Très vite, son contrôle est devenu un enjeu majeur. Aristide a placé aux postes de commandement des hommes et des femmes de confiance, comme Hermione Léonard. Avec le ministre de l?intérieur, Jocelerme Privert, et l?ancien chef de la sécurité présidentielle, Oriel Jean, Hermione Léonard est l?une des principales courroies de transmission en direction des OP. Selon le témoignage de plusieurs repentis, les missions seraient rétribuées en liquide et donneraient parfois lieu à des distributions d?armes, généralement des pistolets- mitrailleurs Galil.


Le responsable de la Coalition nationale pour les droits des Haïtiens, Pierre Espérance, dénonce cette situation. Son engagement a failli lui coûter la vie. Le 8 mars 1999, il a survécu par miracle à une tentative d?assassinat : une balle lui a fracassé la rotule gauche et deux autres se sont logées dans son épaule gauche. Les tireurs n?ont jamais été retrouvés. Quelques années plus tôt, à l?époque du coup d?État, Pierre Espérance risquait pourtant sa vie pour cacher les partisans d?Aristide et s?insurger contre les assassinats, les bastonnades, les tortures. Aujourd?hui, alors que la violence ne cesse d?empirer, il publie, malgré les menaces dont il fait l?objet, un accablant rapport sur le “retour des attachés”, avec les noms et photos de plusieurs de ces auxiliaires de police chargés des sales besognes.


Des “attachés” – civils armés jouissant d?une totale impunité – ont fait leur apparition après le coup d?État de 1991. Exécutions sommaires, tortures, viols, disparitions… Ils ont pourchassé les partisans du président exilé durant les trois ans du coup d?État. “Depuis le lancement de l?opération “zéro tolérance”, le 28 juin 2001, les attachés ont refait leur apparition”, affirme Pierre Espérance. Cette fois, au côté du pouvoir lavalassien.


Tee-shirts noirs portant l?inscription “BS” (brigades spéciales) en lettres jaunes, ils utilisent les mêmes méthodes que les “tontons macoutes” pour terroriser les opposants, mais aussi pour racketter les commerçants ou les émigrés revenant au pays avec un pécule. Selon M. Espérance, ils sévissent au Palais national, dans les ministères et les mairies, mais aussi dans les commissariats. Celui de Delmas 33 (un quartier de la capitale) serait ainsi devenu l?un de leurs bastions. “Les détenus y sont torturés et les exécutions ont lieu sur la route Batimat, entre l?aéroport et Cité Soleil ou sur la petite place Cazeau”, précise Pierre Espérance, qui a recueilli plus de dix témoignages concernant ce commissariat. “Je ne comprends pas l?attitude des Américains et de l?OEA, conclut-il. Pourquoi ne font-ils rien face à un pouvoir qui encourage la violence et l?impunité et s?appuie sur des gangs armés ? Pourtant, ils ont les informations.”