Originally: Haiti radio station stops broadcasts over threats



PORT-AU-PRINCE, Haiti, Feb. 21 ? Almost three years

after the murder of her journalist husband, the head

of one of Haiti’s most popular radio stations said on

Friday the private station was going off the air

indefinitely because of threats against its staff.


”We will shut down tomorrow because we have been

subject to constant threats,” Michele Montas said in

a statement read on the air on Radio Haiti Inter early

on Friday morning.


”We have lost three lives — Jean Dominique,

Jean-Claude Louissaint and Maxime Seide — and we

refuse to lose another one.”


Dominique, Montas’ husband and Haiti’s most famous

journalist, was gunned down as he arrived at the

station along with Louissaint, the station’s

caretaker, on April 3, 2000.


Seide, Montas’ bodyguard, was killed when armed men

attacked her home on Dec. 25 2002.


Radio Haiti Inter airs sharp political commentary and

investigative reporting, and was one of the first

stations to feature programming in Haiti’s Creole

language rather than French.


”We don’t know exactly when we will go back on the

air,” Montas said. ”But we will not take exile for a

third time, because we have only freedom of expression

as a weapon.”


Dominique and Montas were forced to flee Haiti twice

as a result of attacks on Radio Haiti Inter, once

during the dictatorship of Jean-Claude Duvalier in

1980 and again under the military government that

ruled Haiti in the early 1990s.


Earlier this week, another main station, Radio

Metropole, stopped broadcasting news for 24 hours to

protest attacks against its journalists by supporters

of President Jean-Betrand Aristide, who became Haiti’s

first freely elected president in 1991 and began his

second term in 2001.


The investigation into the Dominique slaying has

become an emotional flashpoint in this impoverished

Caribbean nation of 8 million. Three judges

investigating the case have quit, saying they have

been subjected to threats, pressure and obstruction

from people close to the Aristide government.


Brignol Lindor, a journalist in the provincial city of

Petit Goave, was hacked to death by a group of

Aristide supporters in December 2001.

 






Vendredi, 21 février 2003 12:54
La directrice de Radio Haiti Inter, Michèle Montas, veuve du plus célèbre journaliste haitien, Jean Léopold Dominique , assassiné le 3 avril 2000, a annoncé que sa station allait cesser ses émissions , le samedi 22 février 2003 , à la suite de ” menaces constantes et de dangers évidents ” contre ses journalistes.

” Nous avons déjà perdu trois (3) vies (Jean Dominique et son gardien Jean-Claude Louissaint assassinés en avril 2000 et Maxime Séïde , garde du corps de Michèle Montas abattu le 25 décembre dernier), nous refusons d?en perdre davantage” , a indiqué Mme Montas précisant que la ” pénible décision ” de cesser d?émettre était ” temporaire ” mais l?on ne pouvait en connaitre la durée. Elle a dénoncé un “climat lourd et constant ” avec des “menaces téléphoniques , des voitures sans plaques stationnées devant la radio” , climat alimenté “par des individus qui se croient au- dessus des lois”.

Stigmatisant un “climat général d?intolérance et d?impunité” , Mme Montas a souligné que cette décision avait pour but ” d?éviter toute perte d?autre vie irremplaçable “. ” Seul un changement dans les conditions de travail ” , permettra à la radio de reprendre ses émissions mais ” ces conditions ne sont pas réunies ” , a-t-elle affirmé en refusant par avance ” toute exploitation politicienne ” de cette décision. ” Nous ne prendrons pas l?exil pour la troisième fois ( allusion aux deux précédents exils vécus avec son mari sous la dictature duvaliériste puis sous la liberté militaire du général Cédras), nous n?avons d?autres armes que la liberté d?informer ” a-t-elle déclaré. “Ce n?est qu?un au revoir ” , a-t-elle conclu .

Originally: Radio Métropole journalist attacked

 Reporters Without Borders expressed its concern today at an attack by apparent government supporters who tried to set fire to the house of Radio Métropole political affairs journalist Jean-Numa Goudou on 15 February.
 
“In a country where impunity is the rule for government followers who threaten, attack or kill journalists, we ask you to condemn once and for all these attacks and acts of intimidation,” said Reporters Without Borders secretary-general Robert Ménard in a letter to President Jean-Bertrand Aristide.  He called on him to put a stop to impunity by ordering thorough investigations of attacks and threats against journalists and finding and punishing those responsible.
 
A group of people, apparently Aristide supporters, went to Goudou’s house in Carrefour, a southwestern suburb of Port-au-Prince, on 14 February and asked to see him.  He was not there.  They then returned in the middle of the night with various weapons and tried to set fire to the house by burning a car parked in the garage.  Neighbours managed to put the fire out.


Goudou, who also works with Haiti Press Network, told Reporters Without Borders that some of the attackers wanted to kill him.  He said he had been receiving threats for some time, including one the day the group first came to his house.  This was why he had left before the attack and gone into hiding.

Originally: Fear for Safety/Threats

 


 


PUBLIC                                                                                                      AI Index: AMR 36/002/2003


                                                                                                                                                              


UA 44/03              Fear for Safety/Threats                                                                     17 February 2003                    


HAITI                   Marie Yolène Gilles (f) staff member of Coalition Nationale des Droits des Haïtiens, National Coalition for Haitian Rights (NCHR)


                           Viola Robert and other members of her family


 


Killed:                 Andy Philippe (m) aged 20      ]


                           Angélo Philippe (m) aged 20   ] sons of Viola Robert


                           Vladimir Sanon (m) aged 19    ]



 



Amnesty International is concerned for the safety of Marie Yolène Gilles, Coordinator of the human rights monitoring program at NCHR, Viola Robert, the mother of three brothers who were killed in December 2002 and other family members.


 


On the night of 7 December, three brothers Andy Philippe, Angélo Philippe and Vladimir Sanon were reportedly taken from their home in the Carrefour area of the capital Port-au-Prince by local police officers. Their bodies were later found in the morgue with bullet wounds to the head. Following an internal investigation by the Haitian National Police (HNP), the municipal police commissioner was reportedly sacked and three other officers taken into custody. Another officer reportedly went into hiding in order to avoid arrest. Some reports indicate that a potential witness was killed by hooded men on 17 December in Carrefour.


 


Marie Yolène Gilles is the principal member of NCHR working on the murder case of three young men. She has been instrumental in speaking out against the HNP officers implicated in the crime. As a result she has been receiving anonymous threatening phone calls at her home. She has been warned that if she continues to be too active in the Carrefour case, her house will be burned down and she will be killed. On 11 February 2003, and on two occasions on 15 February, a number of armed men stood outside her house and shot in the air.


 


NCHR have been responsible for hiding Viola Robert, the mother of the three brothers, and her immediate family. Members of the family who still remain in Carrefour have been subjected to threats and intimidation.


 


BACKGROUND INFORMATION


Human rights defenders and journalists are increasingly at risk in Haiti. Since the killing of prominent radio journalist and long-time democracy and human rights activist Jean Dominique in April 2000, freedom of expression has been severely undermined and a number of journalists and human rights defenders have been attacked or killed. On 22 February 2002, Patrick Merisier, a radio broadcaster and  human rights worker also from NCHR was shot in the chest and arm by two men as he waited to be served in a restaurant in Port-au-Prince. Prior to this, in January 2002 he had received anonymous threats that he would be killed if he did not stop his human rights monitoring and broadcasts. (See UA 76/02, AMR 36/003/2002, 13 March 2002). In March 2002, NCHR field monitor Berthony Philippe reportedly received threats which caused him to go into hiding. In November 2001, NCHR staff were amongst the human rights defenders who reported receiving death threats after they published an open letter to the directors of the police, denouncing police brutality and illegal killings


 


NCHR is a member of the umbrella organisation Plateforme des Organisations Haïtiennes des Droits de l’Homme (Platform of Haitian Human Rights Organizations).


RECOMMENDED ACTION: Please send appeals to arrive as quickly as possible, in French or Haitian Créole or your own language:


– expressing concern for the safety of Marie Yolène Gilles, Viola Robert and the family members of the three victims of the Carrefour murder;


– reminding the authorities that they have a duty to protect them;


– urging the authorities to fully investigate the killings of, Andy Philippe, Angélo Philippe and Vladimir Sanon and to support local police and justice officials in ensuring that those responsible are brought to justice;


– urging the authorities to publicly declare their recognition of the important role of human rights defenders and to remind all Haitians, that efforts to curb or hinder their work will not be tolerated.


– urging the Haitian government to adhere to its obligations regarding the protection of human rights defenders, as laid out in the UN Declarations of Rights and Responsibility of Individuals, Groups and Organs of Society to Promote and Protect Universally Recognised Human Rights and Fundamental Freedoms, and the Human Rights Defenders in the Americas resolution of the Organisation of American States (OAS)


 


APPEALS TO: Please note that if you have difficulties in sending faxes, please send by airmail.)


Director General of the Haitian National Police


M. Jean Nesly Lucien


Grand Quartier Général de la Police


12 rue Oscar Pacot


Port‑au‑Prince, Haiti


Telegram:              Directeur general de la Police Nationale d’Haiti, Port-au-Prince, Haiti          


Fax:                    +509 245 7374 (if someone answers, say “La ligne de fax s?il vous plaît”)


Salutation:          Monsieur le Directeur


 


Minister of Justice and Public Security


Monsieur Jean Baptiste Brown                               


Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique


Ministère de la Justice                                  


19 Avenue Charles Sumner


Port‑au‑Prince, Haiti


Telegram:                Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, Port-au-Prince, Haiti       


Fax:                     +509 245 0474 (if someone answers, say “La ligne de fax s?il vous plaît”)


Salutation:           Monsieur le Ministre


 


President of the Republic of Haiti                


S.E. Monsieur Jean Bertrand Aristide                                                             


Présidence de la République d=Haïti


Palais National


Champ de Mars


Port-au-Prince, Haiti


Telegram:            President de la Republique d’Haiti, Port-au-Prince, Haiti


Fax:                     +509 228 2320


Salutation:           Monsieur le Président


 


COPIES TO:


National Coalition for Haitian Rights


#9, Rue Rivière


Port-au-Prince, Delmas 71, Haiti


Fax:                     +509 244 4146 (if someone answers, “La ligne de fax s?il vous plaît”)


E-mail:                 nchr@haiti.maf.net


 


Plateforme Haïtienne des Droits Humains (Platform of Haitian Human Rights Organizations)


Impasse Senghor


Martin Luther King, dernière maison


Nazon, Port-au-Prince, Haiti


Fax:                     +509 245 6398


 


and to diplomatic representatives of Haiti accredited to your country.


 


PLEASE SEND APPEALS IMMEDIATELY. Check with the International Secretariat, or your section office, if sending appeals after 24 March 2003

Haïti- Série spéciale 


La Genèse du Groupe des 184


 


 


Mise en contexte


 


 


          Depuis l?organisation, le 17 novembre 2002, du Week-end de l?Unité au Cap Haïtien, une nouvelle force sociale est en train de s?imposer sur l?échiquier politique haïtien. Ce jour là, dans la deuxième ville du pays, plus de 50,000 (cinquante mille) personnes ont répondu à l?appel de l?Initiative Citoyenne du Cap qui, à travers cet événement,  souhaitait donner au pouvoir une réponse à la gestion catastrophique de l?Etat par les dirigeants du parti Lavalas. Soulignons que pour la première fois, l?Initiative Citoyenne du Cap Haïtien s?est alliée à l?opposition, pour s?assurer du succès de l?opération. Ce Week-end de l?Unité a été scellé par un serment des participants intitulé « Le Cri de Vertières » qui engage les citoyens l?ayant prononcé à combattre toute forme de dictature et à promouvoir l?union de toutes les forces nationales en vue d?aboutir à une société juste et prospère.


 


Les impacts du Week-end de l?Unité


 


                Le week-end de l?Unité a entraîné des conséquences considérables sur la vie et la politique nationales notamment :


 


          la forte participation populaire à cet événement, malgré les pressions et menaces exercées contre les organisateurs, a prouvé l?impopularité grandissante du régime Lavalas. La Marche de Vertières a conjugué toutes les couches sociales et la jeunesse en particulier pour exiger le départ du régime et créer les bases d? une nouvelle nation forte, prospère et juste ;


          l?opposition, traversée par ses propres luttes intestines, a fait pour la première fois front commun à travers « Le Serment (ou Cri) de Vertières » et la formation d?un comité de suivi ;


          le  rapprochement entre les partis politiques et diverses organisations de la société civile ;


          les partis, regroupements et citoyens présents et ayant signé le Serment de Vertières ont rejeté l?idée de participer aux élections avec M.Aristide


 


               


                Suite au succès de ce week-end, une répression sauvage s?est abattue contre les organisateurs et la presse régionale qui avait couvert l?événement. Des civils armés proches du pouvoir ont pénétré dans divers bureaux d?administration et de services publiques pour pourchasser des fonctionnaires et citoyens qui avaient participé à la marche du 17 novembre. Malgré tout, l?appel de l?Initiative Citoyenne a fait écho à travers le pays, notamment à Petit Goâve et dans la capitale où de nombreuses manifestations estudiantines se sont déroulées dans un climat de vive tension. Le 20 novembre,  la PNH a tiré sur des écoliers qui manifestaient aux Gonaïves, faisant plusieurs blessés et la manifestation estudiantine devant le Palais National le 21 novembre a violemment été interrompue par des membres d?organisations populaires proches du pouvoir. D?autre part, aux Gonaïves, les 20 et 21 novembre 2002, la presse a été pourchassée par « l?armée cannibale » d?Amiot Métayer, un puissant chef d?OP Lavalas et 9 journalistes ont du prendre le maquis.  Ce chef d?OP avait choqué l?opinion publique nationale en s?exhibant le 18 novembre devant le Commissariat de police des Gonaïves pour témoigner sur les ondes des médias qu?il devait sa libération et son pouvoir au parti Lavalas . Soulignons que cet évadé est considéré comme « activement recherché par la police » depuis son évasion spectaculaire de la prison des Gonaïves en août dernier et a été cité dans le Rapport d?enquête de l?OEA comme un des responsables des événements du 17 décembre 2001. A Port-au-Prince, les OP proches du pouvoir, dénommées « chimères », n?ont pas chômé non plus le 22 novembre 2002 :  la capitale  a été prise en otage , de nombreuses barricades enflammées ont été érigées à travers toute la capitale et des bandes armées circulaient, lourdement armées, en exigeant le respect du mandat de 5 ans du Président Aristide. Selon René Civil et Paul Raymond qui ont publiquement revendiqué ce mouvement, cette prise en otage de la capitale constituait une réponse aux diverses manifestations qui se sont déroulées dans le pays depuis le Week-end de l?Unité. D?autre part, ils ont  dénoncé un complot  contre le Président Aristide et menacé le secteur des affaires, particulièrement les propriétaires de stations d?essence, menacées d?être incendiés par ces OP.


 


                Dans une déclaration rendue publique le 22 novembre, l?Initiative de la Société Civile (ISC), a exprimé son indignation face à « des comportements révoltants et antidémocratiques qui interpellent aujourd?hui la conscience nationale » qui, selon elle, « remettent gravement en question la volonté du pouvoir d?appliquer les résolutions 806 et 822 de l?OEA et de créer les conditions favorables à l?organisation d?élections crédibles et démocratiques à travers le pays. D?autre part, «  face au péril qui assombrit de plus en plus l?avenir de notre patrie », l?ISC a demandé au pouvoir de faire pleinement droit aux revendications de justice et de démocratie du peuple haïtien car, a-t-elle ajouté, « aujourd?hui, la nation, dans ses différentes composantes, dit haut et fort qu?elle n?acceptera pas l?inacceptable et la défiance permanente à un Etat de droit »


 


Suite à cette nouvelle journée de violence du 22 novembre 2002 et se référant aux Résolutions 806 & 822 de l?OEA et aux situations qui les ont engendrées, les associations du Secteur Privé ont interprété la journée du 22 novembre  2002 comme un retour à l?état d?esprit qui avait déclenché les  événements inqualifiables du 17 décembre 2001. Pour ces associations, toute récidive de tels actes mettra définitivement en danger l?avenir de la nation.


 


C?est ainsi que le 23 novembre 2002, le patronat haïtien a publié un premier communiqué intitulé «  NON ! A l?intolérable » ou il posait les conditions suivantes :


 


« Les associations patronales exigent l?arrestation, par le pouvoir exécutif, d? Amiot Metayer et des autres évadés du 2 Août 2002, défi permanent à la justice; l?arrestation de Paul Raymond et de René Civil qui, en plus de graves antécédents, ont revendiqué publiquement les violences et la paralysie de la capitale le 22 novembre dernier.


 


De plus, les associations patronales demandent la révocation immédiate des fonctionnaires qui ont brillé par leur excès de zèle et ont failli à leur responsabilité.  


 


De l’attitude du pouvoir, dépendra celle des autres partenaires engagés dans le processus initié par la Résolution 822 de l’Organisation des Etats Américains (OEA). 


 


Le secteur privé invite tous les  secteurs à respecter les règles du jeu dans l’exercice de leurs droits constitutionnels, sans provocation ni démesure.


 


En dernier lieu, les associations patronales rappellent à la Police Nationale son devoir de neutralité dans sa mission constitutionnelle de « protéger et servir » la nation » ( communiqué NON ! A l?intolérable, 23 novembre 2002 )


 


Alors que les manifestations fusent de toutes parts et à travers le pays, le pouvoir continue à les réprimer notamment le 3 décembre, date de la première commémoration de l?assassinat du journaliste Brignol Lindor par des membres d?une organisation proche du pouvoir et dénommée « Domi nan Bwa » Ce jour là, toutes les manifestations contre le pouvoir qui se sont déroulées dans le pays, ont été brutalement dispersées par des OP et officiels du Gouvernement, sauf à Jacmel et à Petit Goâve. A Port-au-Prince, les membres du comité de Vertières ont lancé une grande marche sur la Place des Nations Unies et demandé à tous les citoyens qui n?étaient pas d?accord avec les pratiques du pouvoir de venir y participer pour dire non à l?arbitraire. Cette marche a avortée tôt dans la matinée avec l?intervention barbare de nombreux membres d?OP qui ont terrorisés les citoyens venus participer à cet événement en les battant avec des fouets ( « rigwazes » en Haïti), en leur jetant des bouteilles contenant de l?urine et des pierres. D?autre part, dans la même journée, les établissements universitaires ont également été les cibles des « chimères » parmi lesquels, l?Ecole Normale Supérieure, les facultés d?Ethnologie, de Médecine et des Sciences. Bilan de cette journée  dans la capitale : 52 blessés dont 2 par balle et de nombreux véhicules endommagés, selon le bilan du comité Exécutif de la marche avortée.  En province, notamment au Cap Haïtien, la même ambiance régnait tandis que dans la ville de St Marc, la police a interdit toute manifestation anti-gouvernementale. Toutefois, à Jacmel et à Mirebalais, les manifestations anti-lavalas se sont déroulées sans incident. Les membres du Comité du Cri de Vertières ont dénoncé la complicité de la PNH dans ces événements et lancé un mot d?ordre de grève de protestation pour le 4 décembre. Le secteur privé qui a appuyé le mot d?ordre de grève générale de l?opposition a appelé la communauté internationale à reconnaître que la démocratie en Haïti est en danger. Soulignons que pour la première fois, la Conférence Episcopale n?avait pas écarté la possibilité d?une sortie de crise par la démission d?Aristide sans toutefois le citer nommément. Dans un communiqué daté du 2 décembre, les Evêques ont comparé la situation actuelle au « naufrage imminent d?un navire » et, faisant allusion au pouvoir en place, ont exhorté les partisans de ce régime «  à fixer leur regard non sur un homme mais sur la nation » Face à ce drame, ils ont lancé un appel à l?unité pour sauver le pays.


 


                Notons que ces événements se sont déroulés dans un contexte où cinq institutions de la société civile  allaient soumettre de bonne foi les noms de leurs représentants à la formation d?un nouveau Conseil Electoral Provisoire. Suite à ces violences, lesdites institutions se retirent du processus électoral prévu pour le premier semestre 2003.


 


Le premier communiqué du Groupe des 184 :


 


                Pour la première fois, le 26 décembre 2002, lors d?une conférence de presse, 184 institutions, regroupements et organisations de 12 secteurs vitaux de la société haïtienne, engagés dans un processus de consultation intersectorielle sur la situation décident, dans une déclaration conjointe de :


 


« A.  travailler sur une base unitaire et consensuelle à l?élaboration des fondements d?un nouveau contrat social qui contribuera à la renaissance de la Nation haïtienne et à l?amélioration des conditions de vie de tous les Haïtiens et en particulier les plus pauvres


 


B.       d?informer la Nation, le Pouvoir, l?OEA, la CARICOM, les pays amis d?Haïti et l?Union Européenne de leur position commune relative aux sept (7) conditions essentielles à mettre en place avant d?engager tout processus électoral crédible et démocratique en Haïti, à savoir :


 


1.       La démonstration concrète et soutenue que les citoyens, quelles que soient leurs tendances politiques, peuvent exprimer leurs opinions à travers des rassemblements publics pacifiques.


2.       Le démantèlement et le désarmement des divers gangs criminels armés bien connus qui sèment la terreur à travers le pays, notamment aux Gonaïves, à Saint- Marc, à Petit Goâve, à Port-au-Prince et au Plateau Central, ainsi que la révocation et la mise en mouvement de l?action publique contre les policiers et autres autorités publiques qui y sont impliqués.


3.       La mise en mouvement de l?action publique d?une part contre des individus clairement identifiés à la tête de ces gangs armés et qui circulent librement, notamment ceux cités dans le rapport de la Commission d?Enquête de l?OEA sur les événements du 17 décembre 2001, et d?autre part contre les assassins de Jean L. Dominique et ceux déjà identifiés de Brignol Lindor


4.       L?élargissement de prison de tous les citoyens arrêtés illégalement en raison de leur engagement politique et de tous ceux ayant bénéficié d?une décision de justice.


5.       La cessation des déclarations suscitant la haine et la violence, provenant des principaux responsables du pouvoir et de leurs partisans ou de quelque secteur que ce soit


6.       L?adoption, par le pouvoir de dispositions concrètes permettant à tous les journalistes, étudiants, professeurs et autres citoyens pourchassés et terrorisés par des gangs armés, de reprendre leur travail en toute s1‑curité et sans être inquiétés, notamment aux Gonaïves, à Petit-Goâve, au Cap-Haïtien et à Port-au-Prince


7.       La mise à exécution immédiate de la coopération internationale en matière de sécurité, prévue dans le cadre des termes de référence souscrits entre le Pouvoir et la communauté Internationale » ( Déclaration conjointe du 26 décembre 2002- Communiqué # 1)


 


Avec la publication de ce premier communiqué,  le Groupe des 184 annonce qu?il donne au Gouvernement jusqu?au 15 janvier 2003 pour répondre à ses revendications et décide d?intensifier sans délai la concertation avec les  secteurs organisés du pays, en vue de prendre les dispositions qui s?imposent.


 


 L?année 2002 s?achève sur une pénurie de carburant qui engendre des files interminables de voitures dans la capitale et 2003 s?ouvre sur une recrudescence de la violence et une augmentation des prix du carburant . A signaler qu?entre temps des cas d?assassinats choquants défrayent la chronique : dans la matinée du mardi 7 janvier, de l?étudiant Erick Pierre qui revenait de la Faculté de Médecine qu?il fréquentait depuis trois ans, lorsqu?il a été abattu de plusieurs balles par des inconnus ; ensuite, dans la soirée du lendemain, mercredi 9 janvier, des individus circulant à bord d?un véhicule de police immatriculé au numéro 073, se sont rendus au domicile du jeune Pierre Oléus âgé de 17 ans pour l?exécuter pour une question de détritus ! Dans ces deux cas, l?implication de la police a été pointée du doigt et même dénoncée. Rappelons à cet effet que dans le cas de Pierre Oléus, le beau frère d?un policier répondant au nom de Makenzie se trouvait à bord du véhicule des assassins. De plus, ce jeune de 17 ans aurait des démêlés avec la femme d?un commissaire de police du Sud-Est, Guy Martial Pierre Cadet, a rapporté Ojeda Oléus, parent de la victime. Signalons que la PNH avait également été accusée dans l?assassinat de trois jeunes frères à Carrefour, perpétrés par des policiers de la zone dans la nuit du 7 au 8 décembre.


 


 Le 7 janvier, les syndicats de transport de la zone métropolitaine observent une grève pour protester contre l?augmentation des prix du carburant. Grève suivie par l?ensemble du secteur privé et des écoles dans la capitale et les provinces, et appuyée par l?opposition aussi bien que par les associations patronales. A la mi-janvier, la gourde chute et le dollar américain s?enflamme : plus de 41 gourdes pour un dollar américain, soit 720%, tel est le taux pratiqué sur le marché haïtien qui commence sérieusement a paniqué. Le coût de la vie augmente à un rythme effréné et la majorité des magasins n?affichent plus leurs prix en gourdes mais en dollars. Pas un mot des autorités financières sur ce sujet mais les économistes dénoncent l?attitude de la Banque Centrale chargée  de l?émission monétaire qui exécute à volonté les dictées du Pouvoir Central qui ne manifeste aucun souci de l?équilibre du marché monétaire. Le 9 janvier, alors que le  Président Aristide annonce un déficit budgétaire de 2,9 milliards de gourdes, il accuse les membres de l?ISC et de l?opposition d?être responsables de la montée des prix de carburant, arguant que ces groupes soutenaient l?embargo économique de la communauté internationale contre le pouvoir Lavalas. De leur côté, les associations patronales ont exigé la baisse du coût de l?essence à la pompe et dénoncé les menaces proférées à l?encontre des membres de l?ANADIPP par des proches du pouvoir.  Le 14 janvier, la réunion entre les membres de l?ANADIPP, de l?APAP et le pouvoir se termine en queue de poisson et les autorités, à travers la voix de Mario Dupuy, déclarent que les prix ne peuvent pas êtres revus à la baisse. Une autre réunion  est alors prévue pour le 17 janvier dont les résultats, jusqu?à ce jour, ne sont pas connus.


 


Les 16 et 17 janvier, la  grève d?avertissement du syndicat des enseignants, CNH, est largement suivie à travers le pays.


 


 


Le Groupe des 184 met la pression  


 


                Face à la détérioration rapide de la situation politique, sociale et économique du pays et suite au mépris affiché par le pouvoir à leurs revendications formulées dans la déclaration du 26 novembre 2002, le Groupe des 184 institutions, organisations et regroupements de la société civile déclare, dans une conférence de presse le 20 janvier, « nous sommes arrivés à la conclusion que les élections ne seront pas possible pour l?heure » Les responsables publient leur communiqué numéro 2 stipulant les points suivants :


 


« Constatant les conséquences en cascade de la mauvaise gestion économique, financière et monétaire du gouvernement :  faillite des coopératives, chute vertigineuse de la gourde, augmentation excessive du prix des produits pétroliers et la tendance du pouvoir à en rendre responsables les autres secteurs de la vie nationale ;


 


Constatant par ailleurs la dégradation accélérée de la situation par des actions visant notamment à :


 


·         Restreindre la liberté d?expression et contrôler les média


·         Réprimer avec violence la jeunesse estudiantine


·         Déstructurer systématiquement les secteurs formels de la nation


·         Etouffer la liberté d?association en particulier les libertés syndicales


·         Plonger le pays dans un climat d?insécurité grandissante par la politisation de la Police Nationale et l?organisation de milices armées qui  agressent les citoyens et la population,  pour entraver l?exercice légitime des droits constitutionnels.


 


Les 184 institutions, organisations et regroupements tirent la conclusion que le Pouvoir en place n?a pas  la volonté politique   :


 



  • de résoudre la crise de légitimité émanant des élections de l?année 2000 ; 
  • de créer les conditions nécessaires à  l?exercice des droits politiques, sociaux et économiques du  citoyen et de la citoyenne ;
  • de démanteler et de désarmer les gangs qui sèment la terreur à travers  le pays ;
  • de s?astreindre à une gestion transparente et efficace de la chose publique ;
  • de mettre fin à l?impunité et à la répression ;
  • de renoncer aux déclarations suscitant la haine, la violence et la division ;
  • de mettre fin au culte de la personnalité interdit par l?Article 7 de la Constitution de 1987 ;
  • de respecter les engagements pris dans le cadre de la Résolution 822 ;
  • de libérer les personnes emprisonnées pour raison politique ;

 


et qu?en conséquence, la présente situation est inacceptable et il est impossible, dans l?état actuel des choses, de mettre en place les mécanismes et les structures  nécessaires à la tenue d?élections libres, transparentes et crédibles ;


 


 


Les 184 Institutions, organisations et regroupements ont décidé  :


 


·         de renforcer les mécanismes de concertation de la société civile en vue de combattre toutes  menées totalitaires, de raviver l?espoir  bafoué et contribuer à l?édification d?une société de droit, de justice sociale et de progrès économique pour tous, fondée sur un nouveau contrat social ;


 


·         de présenter, dans les meilleurs délais, à  la nation et aux formations politiques, après consultation avec d?autres secteurs :


 


·         a)  une proposition  de  sortie de crise assortie d?un plan d?action ;  


 


b)       les principaux éléments de mise en ?uvre d?un nouveau contrat social.


 


Les 184 Institutions, Organisations et Regroupements informent le peuple haïtien, l?opinion publique nationale et internationale que de nombreuses autres  organisations se sont jointes au groupe initial qui  constitue  une plate-forme d?action citoyenne. 


 


Cette plate-forme renforcée:


 


incite les citoyennes et les citoyens à travers leurs organisations dans les neuf (9) départements géographiques du pays et de la diaspora à s?associer et à se concerter, dans le cadre de plates-formes locales, en vue de lui faire parvenir  leurs suggestions et leurs propositions ;


 


invite tous les citoyens et citoyennes à vaincre la peur, à prendre leurs responsabilités et à se mobiliser pour dire non aux assassinats, à la persécution politique, à la répression et à la violence politique ;


 


appelle les agents de la Fonction Publique et des Forces de l?Ordre à la solidarité citoyenne et au refus de cautionner les actes illégaux et inacceptables » ( communiqué #2, le 20 janvier 2003)


 


                 Les responsables du Groupe 184 appellent alors à une grève générale de protestation et d?avertissement au pouvoir Lavalas pour le vendredi 24 janvier et annoncent une vaste opération de concertation de la société haïtienne afin de présenter à la nation et aux formations politiques, une proposition de sortie de crise assortie d?un plan d?action et un document sur un nouveau contrat social pour les 10 prochaines années.


 


 


Mobilisation sans précédent du pouvoir contre le Groupe des 184


 


                Suite à la conférence de presse du Groupe des 184 appelant à la grève générale du 24 janvier, l?administration Aristide/Neptune déclenche une vaste offensive contre ces groupes de la société civile et prend la grève comme « une déclaration de guerre au peuple haïtien », dixit, Yvon Neptune lors d?une conférence de presse le jeudi 23 janvier. Le Premier Ministre a qualifié ce groupe « d?exploiteurs », de « putschistes », de « parvenus » et de « ti lolit » (nantis). Il a appelé la population a vaquer à ses occupations normalement le 24 janvier car, pour le Chef de Gouvernement, cette grève n?est pas dans l?intérêt du peuple et il a comparé les 184 institutions, organisations et regroupements de la société civile à « la machine du Coup d?Etat de 1991 » Il a également rendu ces secteurs responsables des mauvaises conditions de vie du peuple haïtien.


 


                Le même jour, le chef de cabinet du Président Aristide, Jean Claude Desgranges a dénoncé cet appel à la grève et invité les organisations de la société civile à ne pas se substituer à l?opposition. Le chef a.i du parti Lavalas, Jonas Petit, a quant à lui, qualifié le Groupe des 184 « d?hypocrites (?) n?ayant aucune crédibilité pour se positionner au sein de la population haïtienne » «  On connaît les principaux représentants de ces organisations et on les a déjà vus à l??uvre » a ?t-il précisé en demandant à la population d?ignorer cette grève. Pour sa part, le Président de la Chambre des Députés, Rudy Hérivaud, a qualifié le Groupe des 184 « d?associations fantômes » en soulignant qu?il ne représentait pas 184 associations mais 184 individus.


 


                24h avant la grève, le chef d?OP Lavalas, René Civil a déclaré sur les ondes des médias qu?il « levait la grève » et que s?il ne l?avait pas fait « un Coup d?Etat serait prévu pour le week-end » où « de nombreux fils et filles du peuple seraient assassinés dans les bidonvilles »


               


                Soulignons qu?à la veille de la grève tous les médias d?Etat ( TNH, Télé Timoun, Radio Nationale, Radio Timoun et les stations sous influence de l?Etat, Télé Eclair, ont uniquement donné la parole aux partisans et responsables du pouvoir qui appelaient au non respect de la grève du 24 janvier.


 


La grève du 24 janvier 2003


 


                 La grève lancée par le Groupe des 184 est largement suivie dans la capitale et à travers le pays, sauf à la Gônave et à Miragoâne. « La batterie de mobilisation orchestrée par les autorités Lavalas n?a pas empêché la population nationale d?observer la journée de grève générale du 24 janvier (?) et de dire non à la gestion du pays par le pouvoir. Dès 4 :00AM, dans plusieurs quartiers de la capitale, des agents de police, des députés issus du scrutin de mai 2000 et d?autres autorités sillonnaient les rues pour annoncer que la grève était levée » (alterpresse du 28 janvier) Malgré ses actes d?intimidations, les banques, le grand commerce, les écoles privées et publiques ont fermé leurs portes alors que le transport et une partie du commerce informel ont fonctionné comme à l?accoutumée. Les fonctionnaires publics ont été forcés de se rendre sur leurs lieux de travail par une note officielle de la Primature les menaçant de sanction dans le cas contraire. Nombre d?entre eux, sous couvert de l?anonymat, ont confié à la presse qu?il craignaient d?être sanctionnés par le pouvoir. Les institutions publiques ont ouvert leurs portes mais n?ont pas été fréquentées par le public ce jour là.


 


                «  Malgré l?évidence du blocage des activités sur l?ensemble du territoire national, sauf dans quelques villes, les porte-parole du gouvernement lavalas ont qualifié « d?échec » le mouvement enclenché, arguant que « le peuple et les démunis ont boudé le mot d?ordre de grève générale des bourgeois et des nantis » Vers la fin de la journée, des partisans du pouvoir lavalas ont tenté, à grands coups d?argent, de faire pression sur les médias privés pour que ces derniers diffusent, plusieurs fois dans leurs journaux d?informations, des spots publicitaires de propagande déclarant « l?échec de la grève générale et la volonté de la population de se rendre aux urnes » pour trouver une solution à la crise politique héritée des élections controversées de l?année 2000 »


 


                «  De son côté, le groupe des 184(?) a exprimé sa satisfaction pour la réponse apportée par la population et appelé « les autorités à rectifier le tir et à cesser d?utiliser l?argent des contribuables à des fins de propagande politique pour se maintenir au pouvoir »


 


                «  Cette grève générale (?) marque un tournant sur la scène politique. Aux yeux de divers observateurs, elle traduit le manque de crédibilité des partis politiques au sein de la population » (source : alterpresse, bulletin hebdomadaire du 28 janvier www.alterpresse.com)


 


Réactions et déclarations à la grève du 24 janvier 2003


 


                Suite à la grève du 24 janvier, les réactions et déclarations se sont poursuivies à travers la presse locale :


 


Le 24 janvier, les initiateurs de la grève estimaient que leur mouvement avait été suivi à 80% alors que le Président de la République s?est réjoui du fait que « le peuple avait boudé l?appel des 184 »


 


Le lundi 27 janvier, lors d?un point de presse, le porte parole de Lafanmi, M. Jonas Petit a banalisé le Groupe des 184 qui, selon lui ne serait constitué que de 184 personnes. et déclaré que ces organisations prétendaient se substituer à l?opposition. Pour M.Petit, cette opposition tacite a toujours existé et tiré les ficelles dans l?ombre mais la seule voie à une résolution de la crise passe par les urnes, a-t-il ajouté. Il s?est également félicité de l?indifférence du peuple haïtien «  qui a boudé la grève du 24 janvier » et a soutenu que ce dernier commençait à reconnaître ses vrais amis et n?attendait qu?un geste patriotique des leaders politiques. Il a ajouté « qu?il ne peut y avoir de résolution au niveau international sans une entente nationale »


 


Autres réactions :


 


                «  Pour des membres d?organisations populaires prolavalas, le mot d?ordre de grève avait été lancé par des patrons qui « refusent d?augmenter le salaire minimum » Ils ont soutenu que cette frange de la population civile regroupait des ennemis du peuple. Selon eux, ce mouvement ne serait qu?une nouvelle man?uvre pour réaliser un coup d?Etat contre le président Aristide.


 


Rectification. L?Association des Industries d?Haïti (ADIH) a souligné que des négociations étaient en cours avec le gouvernement sur la question du salaire minimal, précisant toutefois que «  rien n?a été décidé jusqu?à présent »


 


Par ailleurs, le député Nawoom Marcellus a affirmé en début de semaine que des membres de la plate forme gréviste seraient des Libanais illégaux, des sans-papiers, qui après avoir accumulé leur richesse au détriment du peuple haïtien, « osaient appeler à la grève générale » Décision parlementaire, le ministre de l?Intérieur sera convoqué pour s?expliquer sur ce « dossier » En outre, l?élu de la Grande Rivière s?est dit étonné de voir que des « étrangers » prennent position sur les dossiers du pays. Un des nombreux descendants libanais qui vivent en Haïti, Mme Anne-Marie Issa, pense que la réaction du parlementaire est un acte discriminatoire. Cette dernière a précisé que les arabes, « les Haïtiens d?origine arabe », étaient des commerçants qui travaillaient dans leur pays, Haïti. En tant que tel, a-t-elle poursuivi, ils ont le droit de prendre position. Ces mêmes Arabes avaient soutenu le président Aristide, a-t-elle fait remarquer. De plus, elle a rappelé que les Haïtiens d?origine étrangère fournissent beaucoup d?emplois à la population »  haitipressnetwork, posté le 29 janvier 2003 sous le titre : Grève du groupe des 184 : réactions et contre-réactions.


 


« Trois jours après la grève observée par les 184 organisations de la société civile, les ministres du Commerce et de la culture grincent des dents contre les initiateurs de ce mouvement qui laisse un arrière-goût de moisi dans leur bouche


 


Le Ministre du Commerce a remis, lundi, la question sur le tapis, lors d?une conférence de presse tenue à la Primature. Selon Lesly Gouthier, il n?y aurait pas eu de grève vendredi dernier, mais plutôt une suspension des activités visant à régler des contentieux politiques avec le pouvoir et à enfoncer le peuple haïtien dans la misère.(?)Le Ministre Gouthier a qualifié le mouvement des 184 « d?acte de méchanceté »


 


Il a évoqué l?article 35-5 de la Constitution de 1987, reconnaissant le droit de grève à tous les citoyens. Pour justifier son point de vue, Monsieur Gouthier a repris la définition réductrice attribuée à la notion de grève en Europe au XIXème siècle. « La grève est conçue comme un outil ou le principal moyen d?action collective des travailleurs quand ils sont en désaccord avec leurs employeurs » Cette définition invoquée dans une logique bipolaire, paraît un peu ambiguë, dans la mesure où l?Etat ne contrôle pas seulement les rapports patrons-ouvriers. En effet, il est appelé à défendre l?intérêt général de la collectivité qui embrasse tous les secteurs. ( haitipressnetwork, posté le 28 janvier2003)


 


 


 


 


 


 Liste des Institutions représentant le Groupe des 184


 


Secteur Privé


AAH                       Association des Assureurs d?Haïti


AEA                        Association des Entrepreneurs de l?Artibonite


                ADIH                      Association des Industries d?Haïti


                AMARH                Association Maritime Haïtienne


                ANADIPP                Association Nationale des Distributeurs de Produits Pétroliers


                ANEM                Association Nationale des Exportateurs de Mangues


                ANMH                Association Nationale des Médias Haïtiens


                ATH                       Association Touristique d?Haïti


                CCIH                      Chambre de Commerce et d?Industrie d?Haïti


                CCISTBA                Chambre de Commerce et d?Industrie de Saint-Marc et du Bas-Artibonite


                CCIPN                Chambre de Commerce, d?Industrie  et des Professions du Nord


                CCIPSE                Chambre de Commerce, d?Industrie et des Professions du Sud-Est


                CFHCI                Chambre Franco-Haïtienne de Commerce et d?Industrie


                CLED                     Centre pour la Libre Entreprise et la Démocratie


                FNH                       Fondation Nouvelle Haïti


                HAMCHAM         Haitian-American Chamber of Commerce


 


Mouvement Syndical


OGITH                  Organisation Générale Indépendante des Travailleurs  Haïtiens


                MNTH                Mouvement National des Travailleurs Haïtiens


                CFOH                    Confédération des Forces Ouvrières Haïtiennes


                FNTS                     Fédération Nationale des Travailleurs Syndiqués


                CATH                    Centrale Autonome des Travailleurs Haïtiens


                FETRAGA                Fédération des Travailleurs de la Grand?Anse


                FTN                        Fédération des Travailleurs du Nord


                FETRASMA                Fédération des Travailleurs Agricoles de Saint-Michel de  l?Atalaye


                FETRAGOM                Fédération des Travailleurs Agricoles de Gros-Morne


                CSH                       Coordination Syndicale Haïtienne 


                CTH                       Confédération des Travailleurs Haïtiens


                KOTA                    Konfederasyon Ouvrye Travayè Ayisyen


                FOS                       Fédération des Ouvriers Syndiqués


                MTCH                Mouvement des Travailleurs du Cap=Haïtien


                CISN                      Confédération Indépendante des Syndicats Nationaux


                RENAFAM         Réseau National des Femmes


                MOPPA                Mouvman Peyizan Patriyot Ayisyen


                UTDL                     Union des Travailleurs du District de Limbé


                SCCF                     Syndicat des Chauffeurs Coopérants Fédérés


                OGETNO                Organisation Générale des Travailleurs du Nord-Ouest


                MOVICIH                Mouvement Inter-Syndical Indépendante d?Haïti


                SOST                     SOS Transport


                CONITH                Confédération Indépendante des Travailleurs Haïtiens


                OTRA                    Organisation des Travailleurs pour l?Avancement de l?Anse-à-Foleur


                CGT                       Centrale Générale des Travailleurs


                COH                       Congrès des Ouvriers d?Haïti


                KOMOKA          Kombit Motosiklis ak Kondiktè d?Ayiti    


               


Secteur Paysan


MPNKP         Mouvman Peyizan Nasyonal Kongrè Papay


MPP               Mouvman Peyizan Papay


FENATAPA        Fédération Nationale des Travailleurs Agricoles et Paysans Haïtiens


OPK               Oganizasyon Peyizan Kolèt


UPEL                     Union des Paysans Engagés de l?Estère


MPM                      Mouvman Peyizan Metaye


OPKD                 Oganizasyon Peyizan Kalalou pou Devlòpman


MPB                       Mouvman Peyizan Bombadopolis


OP4B                     Mouvman Peyizan Katriyèm Seksyon Baie de Henne


ATRAPCO                Association des Travailleurs Paysans des Côtes-de-Fer


MPBM                 Mouvman Peyizan Belle Vue Mare Rouge


OPDS                    Oganizasyon Peyizan Dame ak Surprendre


UPFW                    Union des Paysans du Far-West


OFDBN                 Oganizasyon Fanm pou Devlòpman Ba Nòdwès


OFCBJK                 Oganizasyon Fanm Kòmèsan Bouk Jan Rabèl


UPAN                    Union des Paysans Agriculteurs du Nord-Ouest


MPA                       Mouvman Peyizan Akil di Nò


OPM                      Oganizasyon Peyizan Milo


FAPN                     Fédération des Agriculteurs et Paysans du Nord


MPR                       Mouvman Peyizan Rankit


OPDL                 Oganizasyon Peyizan pou Devlòpman Limonad


CPRH                    Combite des Paysans Réunis du Haut Plateau


MPP                       Mouvman Peyizan Plezans


ARPB                    Association Régionale des Paysans du Bas Plateau


MPBL                 Mouvman Peyizan Ba Lenbe


FPSRP                 Fédération des Paysans Solidaires de la Région des Palmes


MPTR                 Mouvman Peyizan Tèrye Wouj


UCPB                    Union Communale des Paysans de Bainet


MOPAG                 Mouvman òganizasyon Peyizan Agrikèl Gran Basen


OPW                      Oganizasyon Peyizan Wanament


FAPAM                Fédération des Associations de Paysans Agriculteurs de Miragoâne


MPK                       Mouvman Peyizan Kapotiy  


UOPN                    Union des Organisations Paysannes de Nippes


OPDM                 Oganizasyon Peyizan pou Devlòpman Monbin Crochu


UNAPAT                Union des Associations Paysannes de Thiotte


OPDK                 Oganizasyon Peyizan pou Devlòpman Karis


UNOPAG             Union des Organisations Paysannes des Gonaïves


MPKD                 Mouvman Peyizan Kenskòf pou Devlòpman


ORCOPA                Organisation Communale des Paysans d?Aquin


MPL                       Mouvman Peyizan Lwès


ROPP                    Regroupement des Organisations Paysannes de Port-Salut


AJKDR                 Aksyon Jèn Kretyen pou Devlòpman Riral


APAB                    Association des Paysans Agriculteurs de Bel-Anse


MPFV                 Mouvman Peyizan Fon Vèrèt


UDPG                    Union Départementale des Paysans de Grand?Anse


IPDCM                 Inyon Peyizan pou Devlòpman Chèn Mate


APABL                Association des Paysans de Bas-Limbe


MPK                       Mouvman Peyizan Kavalye


RAPP                     Rassemblement Des Associations Paysannes de Pignon


MP3K                 Mouvman Peyizan 3yèm Seksyon Kanperen


FAPAG                Fédération des Associations Paysannes de la Grande Rivière du Nord


OPP                       Oganizasyon Peyizan Pereni


ACPP                     Association Communale des Paysans de Plaisance


ODD                       Oganizasyon pou Devlòpman Dantan Okay


UNAPAR                Union des Agriculteurs Paysans d?Anse-Rouge


OPDS                    Oganizasyon Peyizan pou Devlòpman St-Michel de l?Atalaye


OGPB                    Organisation des Groupements Paysans de Bombardopolis


MPB                       Mouvman Peyizan Bayonè


MPRT                    Mouvement Paysans Réunis de Torbeck


FEDBA                 Federasyon pou Ba Atibonit


MOPROD                 Mouvman Peyizan Progresis pou Devlòpman


RPD-3                    Rassemblement des Paysans pour le Développement de la 3ème sect. de Saint-Marc


AJPB                     Asosyasyon Jèn Pwogresis Boman


MDP                       Mouvman Devlòpman Pestel


MPD                       Mouvman Peyizan Diklin


URPAC                Union Régionale des Paysans de Campledo


GROPADEC                Groupement Paysan pour le Développement des Cayes


CPGPBM                Confédération de Planteurs et de Groupements Paysans de Bassin Magnan


               


Secteur Populaire Urbain


                ACEDD                Association des Elus de Dieu pour le Développement

                ATADEB                Association Tête Ansanm pour le Développement de Bolosse


                OPOLD                Organisation pour le Développement de Portail Léogane


                OFVD                     Organisation Femmes Village de Dieu


                GRALIH             Groupe de Réflexion et d?Action pour la Libération d?Haïti


                AJC                        Association Jeunes Christ-Roi


                AJM                       Association Jeunes en Marche


                ANUH                    Association Nationale pour l?Unité Haïtienne


                GRAPKEFCMGroupe de Réflexion pour l?Alphabétisation des Jeunes de Fort Mercredi


                OJDM                    Organisation pour le Développement de Marin


                OPP                       Oganizasyon Payzan La Plaine


                MOCAP                Mouvement des Citoyens Actifs de Port-au-Prince


                AJPR                     Association des Jeunes Progressistes Réunis


                FNP                        Front National Populaire


                ODDH                Organisation pour le Développement d?Haïti

                VODED                Vision des Organisations pour le Développement et la Démocratie


                KOM                      Kòdinasyon Óganizasyon Maryani


                VJRD                     Vision des Jeunes Ressortissants des Départements


                AJERD                Association des Jeunes Etudiants Réunis pour le Développement


                VMVD                Vwa Militan Vilaj Demokrasi


                KOFAK                Konbit Fanm Kafou


                UTRA                    Union des Travailleurs-Commerçants


MOPODEL                Mouvement Populaire pour le Développement de Léogane


                RDRGA                Rassemblement des Paysans pour le Développement de la Grande-Anse


                CODEL                Coordination des Organisations pour le Développement de Léogâne


               


            RADEM                Rassemblement des Artisans pour le Développement de Martissant


                RJMA                    Rassemblement des Jeunes Militants Actifs


                MOMPAH                Mouvement des Militants Patriotes Haïtiens


                OHDEP                Organisation Haïtienne pour le Développement du Pays


                UNOCCS             Union des Notables de la Commune de Cité Soleil


                MODIN                Mouvman Democratik Pou Linite Nasyonal              


                FOPOCS             Front des OP de la Cité Soley


                MOFAS                Mouvman Fanm Cite Soley     


                MOFAD                Mouvman Fanm Nan Delma   


                OJID                      Organisation des Jeunes Interllectuels de Delmas


                RAFO                    Rassemblement des Forces Organisées (Coordination de


                                                Cinq (5) Rassemblements de Delmas, Nazon, Canapé-Vert, Village Solidarité,


                                                Petite Place Cazeau, Cité Soleil


                OTAF                    Organisation Tête Ensemble Fonds Brache


                APEP                     Association des Petits Entrepreneurs de Port-au-Prince


                FPMAP                Fonds des Petits Marchands
            FOSRED                Fédération des Organisations Solidaires pour la Revendication de la Démocratie


 


Secteur des Associations Féminines


                MOUFHED                Mouvement des Femmes Haïtiennes pour l?Education


                ANAPFEH                Association Nationale de Protection des Femmes et Enfants Haïtiens


                CPEH             Comité de Promotion des Educatrices d?Haïti


                FANM YO LA  Collectif Féminin Haïtien contre l?Exclusion de la Femme


                Ligue Féminine d?Action Sociale

                FANM-MPP


                COFECA                Coordination des Femmes de Cavaillon


                AFEF                     Action des Femmes pour l?Epanouissement de la Famille


               


 


Secteur Civique


                UGCO                Union Citoyenne des Gonaïves


                IC                            Initiative Citoyenne


                ID                            Iinitiatives Démocratiques


                FAN                       Fédération des Amis de la Nature


                CIP                         Comité Initiative Patriotique


                ISC                         Initiative de la Société Civile


                COSUVIGO         Comité de Support à la Ville des Gonaïves


                CODECAR          Comité pour le Développement de la Commune d?Anse Rouge


 


Secteur de l?Education


                CNEH                    Confédération Nationale des Etducateurs Haïtiens


                CONNEH             Corps National des Enseignants d?Haïti


                UNOH                Union des Normaliens Haïtiens


                GIEL                      Groupe d?Initiatives des Enseignants de Lycée


                FONHEP                Fondation Haïtienne de l?Enseignement Privé


                FENATEC                Fédération Nationale des Travailleurs en Education et en Culture


                CEI                         Collectif des Enseignants Indépendants


                ADEPH                Association des Directeurs d?Ecoles Privées d?Haïti


          


 


Secteur des Socio-Professionnels


                Barreau de Port-au-Prince


                Fédération des Barreaux d?Haïti


                COAVHA             Comité des Avocats Haïtiens


                ANDAH         Association Nationale des Agronomes Haïtiens


                AMH              Association Médicale Haïtienne


        


Secteur des Droits Humains


                        MOUFHED                Mouvement des Femmes Haïtiennes pour l?Education et le Développement


                CEDH                               Centre ?cuménique des Droits Humains


HSI                         Haïti Solidarité Internationale


CRESFED          Centre de Recherches Economiques et Sociales et de Formation pour le Développement


                           FORADHD          Forum Artibonitien des Droits Humains et du Développement


LGDH                    Ligue Gonaïvienne des Droits Humains


                CARLI           Comité des Avocats pour le Respect des Libertés Individuelles


                CTDH                Centre Toussaint Louverture pour la Défense des Droits Humains et le Développement


                JILAP                Justice et Paix


                ODELCA       Organisme de Défense des Libertés Civiques de l?Artibonite


 


Secteur Média et Presse


                GRALIP                Groupe de Réflesion et d?Action pour la Liberté de la Presse


FNTPH                Fédération Nationale des Travailleurs et Travailleuses de la Presse Haïtienne


                ANMH                Association Nationale des Médias Haïtiens


                SNTPH                Syndicat National des Travailleurs et Travailleuses de la Presse Haïtienne


 


 


Secteur Universitaire


                FEUH                     Fédération des Etudiants de l?Université d?Etat d?Haïti


Un regroupement de18 ONG    


                 


 Secteur Culturel (Intellectuels,  Ecrivains et Artistes)


                M. Raoul Peck


                M.Franck Etienne


                Mme Yanick Lahens


                M.Gary Victor


                M.Michel Hector


                M.Lionel Trouillot


                M.Gesner Armand


                Mme Michèle Oriol


Mme Evelyne Trouillot


                Mme Paulette Poujol-Oriol


                M.Laënnec Hrubon


                M.Pierre Buteau


                M.Claude Pierre


                M. Luc Smarth


                M.Michel Acacia


                M.Jean-Claude Fignolé


                Mme Iris ( Geneviève L.Esper)


                M.Michel Soukar


 


 


Contactez le groupe des 184


 


Adresse e-mail : haiti184@yahoo.fr


 


Téléphone : (509) 256-8641;(509) 256-8642; (509) 256-8643


 

Depuis le 17 novembre 2002, une nouvelle force sociale est en train de s?imposer sur l?échiquier politique haïtien. Une représentation grandissante de la société civile a décidé de ne plus accepter l?intolérable et d?exiger des autorités du pouvoir Lavalas et du régime de M.Jean Bertrand Aristide, une autre gestion des affaires publiques .


En effet, à quelques mois du Bicentenaire de l?Indépendance d?Haïti, jamais le pays n?a été si misérable et si divisé. De plus, l?impunité est désormais officialisée, les brigades spéciales d?exécutions sommaires sèment la terreur à travers la République, la presse et la liberté d?expression sont particulièrement menacées et les droits humains bafoués. En 2003, Haïti se caractérise par l?absence d?un Etat de droit et la crise sans fin issue du scrutin frauduleux de mai 200 doit prendre fin.


Le 26 novembre 2002, dans une déclaration conjointe, 184 institutions, organisations et regroupements de la société civile de 12 secteurs des forces vives de la société haïtienne( voir liste en annexe), engagés dans un processus de consultation intersectorielle sur la situation du pays, ont informé la Nation, le pouvoir, l?OEA, la CARICOM, les pays amis d?Haïti et l?Union Européenne que le Groupe des 184 allait travailler sur une base unitaire et consensuelle à l?élaboration d?un nouveau contrat social qui contribuera à la renaissance de la Nation Haïtienne et à l?amélioration des conditions de vie de tous les Haïtiens et en particulier des plus pauvres. Le Groupe des 184 a également posé 7 conditions essentielles à mettre en place avant d?engager tout processus électoral crédible et démocratique en Haïti ; conditions proposées au pouvoir Lavalas et ignorées par ce dernier.


Face au mépris affiché par les autorités en place, le 20 janvier dernier,  le Groupe des 184 a déclaré impossible la tenue des élections dans l?état actuel des choses en Haïti et s?est engagé à :


– renforcer les mécanismes de concertation de la société civile en vue de combattre toutes menées totalitaires, de raviver l?espoir bafoué et contribuer à l?édification d?une société de droit, de justice sociale et de progrès économique pour tous, fondée sur un nouveau contrat social
– de présenter, dans les meilleurs délais, à la nation et aux formations politiques, après consultation avec d?autres secteurs :
– a/ une proposition de sortie de crise assortie d?un plan d?action
– b/ les principaux éléments de mise en ?uvre d?un nouveau contrat social


Le Groupe des 184 a également appelé à une grève générale de protestation et d?avertissement au pouvoir dont les conséquences politiques, économiques et sociales se font encore ressentir aujourd?hui.


Le document de référence qui suit retrace le fil des événements qui ont précédé l?apparition sur l?échiquier politique haïtien du Groupe des 184, qui aujourd?hui a été rejoint par 11 autres associations, institutions et regroupements parmi lesquels de nombreuses ONG, portant ce groupe à représenter 213 institutions, associations et regroupements de 13 secteurs vitaux de la Nation haïtienne.


Points de repère


? 3 avril 2000 : assassinat à Port-au-Prince du plus célèbre journaliste Haïtien, Jean Léopold Dominique, Directeur de radio Haïti Inter . Le gardien de la station, Jean Claude Louissaint est également abattu par balle. Le Sénateur Dany Toussaint, cité comme principal suspect dans cet assassinat n?a jamais été inquiété et ce crime reste toujours impuni
? 20 juin 2001 : à l?occasion d?une visite à la Direction Générale de la Police, le Président Aristide demande l?application de la formule « Zéro Tolérance » Suite à cette demande, des actes de violence les plus meurtriers sont perpétrés, soit directement par des policiers, soit par des groupes de civils armés, dans la plupart des cas associés aux autorités locales. En quelques mois près de 40 exécutions sommaires sont enregistrées dans la capitale et dans les provinces. Dans la seule localité de Cabaret, 15 personnes auraient péri victimes de la formule « Zéro tolérance » ( source : rapport du Centre ?cuménique des Droits Humains ( CEDH) sur les événements du 17 déc, 2001)
? 28 juillet 2001 :  mystérieuse attaque contre le poste de police de Pétion Ville et l?Académie militaire. Cet événement est immédiatement présenté comme « tentative de coup d?Etat » par le gouvernement. Jusqu?à ce jour, aucune explication corroborant cette déclaration n?a été produite par les autorités ( CEDH, 2001)
? 3 décembre 2001 : assassinat à Petit Goâve du Directeur de la Salle des Nouvelles de Radio Echo 2000, Brignol Lindor. Suite à l?appel lancé par le maire-adjoint, Dumay Bonny demandant l?application de « Zéro tolérance » pour punir un membre de la presse coupable d?animer des émissions jugées trop critiques pour le gouvernement, Brignol Lindor est découpé vivant à la machette par des membres d?une organisation populaire dénommée « Domi nan Bwa » proche du parti Lavalas qui revendiquent le crime sur les ondes des médias. Jusqu?à ce jour aucun de ses membres n?a été inquiété.
? 17 décembre 2001 : vers 6hAM, Jacques Maurice, membre du bureau de presse de la présidence, annonce une tentative de Coup d?Etat et 80 hommes auraient tenté de pénétrer dans le Palais National. Des appels à la violence et à la chasse « aux responsables » du coup sont lancés par les porte-paroles ( René Civil) des groupes Lavalassiens qui attaquent, pillent et incendient les locaux de partis politiques, les résidences de certains de leurs dirigeants. Des stations de radio sont investies et menacées de destruction, des journalistes sont violemment pris à partie et certains n?échappent au pire que de justesse. Plusieurs personnes périssent de ces actes de violence au cours de la journée et on enregistre de nombreux blessés
? 2 juillet 2002 : publication du rapport de la Commission d?enquête de l?OEA autour des événements du 17 décembre 2001. Ce rapport fait l?effet d?une bombe dans le milieu politique haïtien car il met à l?index le pouvoir Lavalas, ses partisans et la Police Nationale comme possible instigateurs et principaux acteurs des événements qui ont bouleversé le pays le 17 décembre 2001. Le même jour, Amiot Métayer un puissant chef d?OP, ancien partisan farouche du président Aristide et du parti Lavalas, a été arrêté puis incarcéré le 2 juillet dernier. Plusieurs chefs d?accusation ont été retenus contre lui dont celui de coups et blessures contre les habitants du quartier de Jubilé le 2 mai 2001. Son nom figurait dans le rapport de la Commission d?enquête de l?OEA sur le 17 décembre, le citant dans l?assassinat de plusieurs personnes et dans la mise à sac des maisons de plusieurs partis politiques dans la ville des Gonaïves.
? 4 décembre 2002 : l?appel à la grève lancé par le Comité de suivi du Cri de Vertières est appuyé par l?opposition et le secteur privé, et largement suivi dans tout le pays
? 7-8 décembre 200 :  triple meurtre à Carrefour où les 3 fils de Viola Robert, habitante de la zone, sont retrouvés assassinés. La jeune mère accuse des policiers de la zone d?être responsables de cet acte meurtrier et porte plainte à la police de Carrefour. Un témoin de cet assassinat est abattu par balles quelques jours et jusqu?à présent « l?enquête se poursuit »
? 26 décembre 2002 : dans une déclaration conjointe, 184 institutions, organisations et regroupements de 12 secteurs vitaux de la société haïtienne pose 7 conditions essentielles  au pouvoir avant d?engager tout processus électoral crédible et démocratique en Haïti ( cf ; doc. Page Avec la publication de ce premier communiqué, le Groupe des 184 annonce qu?il donne au Gouvernement jusqu?au 15 janvier 2003 pour répondre à ses revendications et décide d?intensifier sans délai la concertation avec les  secteurs organisés du pays, en vue de prendre les dispositions qui s?imposent.
? Janvier 2003 : le gouvernement annonce la hausse des prix du carburant et le syndicat des chauffeurs entame une grève de protestation le 7 janvier, suivie dans tout le pays. Depuis, les grèves et manifestations s?intensifient , notamment face à la chute de la gourde qui s?échange à la mi-janvier à plus de 41 gourdes pour un dollar US soit à un taux de 720%.
? 16 et 17 janvier : grève d?avertissement du syndicat des enseignants au pouvoir. Cette grève est largement suivie dans toutes la République
? 20 janvier 2003 : face au mépris affiché par le pouvoir face à ses revendications du 26 décembre 2002, les responsables du Groupe des 184 annonce, lors d?une conférence de presse, qu?ils sont arrivés à la conclusion que les élections ne seront pas possible pour l?heure. Les responsables du Groupe 184 appellent à une grève générale de protestation et d?avertissement au pouvoir Lavalas le vendredi 24 janvier et annoncent une vaste opération de concertation de la société haïtienne afin de présenter à la nation et aux formations politiques, une proposition de sortie de crise assortie d?un plan d?action et un document sur un nouveau contrat social pour les 10 prochaines années
? 24 janvier 2003 : la grève est largement suivie à travers le pays, sauf à La Gônave et à Miragoâne malgré une offensive sans précédent du pouvoir contre le Groupe des 184.
? 31 janvier 2003 : Haïti se retrouve sur la liste noire publiée par Washington des pays qui ont échoué à respecter leurs obligations aux termes des accords internationaux  de lutte contre le trafic de stupéfiants.
? 2 février 2003 : dans son édition du week-end, Le Nouvelliste, le plus ancien quotidien d?Haïti, publie la liste des policiers, parlementaires et autres citoyens dont les visas ont été annulés par le gouvernement américain pour implication dans le trafic de drogue.
? 4 février 2003 : le Représentant de l?OEA en Haïti, David Lee, affirme que la situation socio-politique du pays a empiré au point de tuer l?espoir d?organiser des élections en Haïti maintenant. Il soutient toutefois que les élections demeurent la seule voie de sortie de crise. Le diplomate a demandé à tous les acteurs, en particulier au gouvernement, d?agir vite pour aboutir à l?application intégrale de la Résolution 822 à laquelle l?OEA est très attachée, a-t-il souligné.



Préparé par l’Unité de communication des 184
haiti184@yahoo.fr touts droits réservés

Originally: Aristide llega a su segundo año en medio de crisis

El presidente Jean Bertrand Aristide arriba hoy viernes a su segundo año de gobierno con las manos atadas y en medio de la más prolongada y estacionaria crisis política y social que conoce el país desde la huida de Jean Claude Duvalier hace 17 años. Encima de ello, conduce un país pequeño pero ingobernable, manejado por las mafias de la droga que lo han convertido en una ebullente alcantarilla que salpica el propio entorno presidencial.


Con la ayuda internacional suspendida, cerradas las llaves del financiamiento externo y con 500 millones de dólares congelados, Haití subsiste por debajo de los niveles de pobreza en un cotidiano desafío por no perecer.


Las remesas de los haitianos en el exterior, unos 500 millones de dólares anuales, constituyen el más grande alivio para miles de hogares haitianos.


La intervención de la Organización de Estados Americanos, cuyo secretario ha visitado 5 veces Haití en los últimos años, de poco ha valido para poner de acuerdo a Gobierno y oposición y cuando ha estado a punto de lograrlo, como en el Martirio de Tántalo, algún incidente inesperado aleja esas posibilidades.


El último esfuerzo se hizo a través de la resolución 822 de la OEA que estipulaba una serie de compromisos que van desde la elección de un nuevo consejo electoral hasta el desarme, desmantelamiento y sometimiento a la justicia de los grupos violentos de Lavalás e indeminzación a los partidos y personalidades políticas por los daños a sus propiedades.


El malestar comenzó con el resultado de las elecciones parlamentarias del 21 de mayo del 2000 que dieron una victoria cuestionadamente abrumadora a los hombres de la Familia Lavalás en lo que se denunció como una estafa electoral.


Para esas elecciones la estrategia de la oposición reunida en Convergencia Democrática era obtener, como pronosticaban todos los indicadores, una mayoría senatorial que le facilitara interpelar a Aristide por supuesta corrupción en su gestión anterior para cerrarle el paso a la presidencia de la República en las elecciones del 29 de noviembre de ese mismo año.


Por efecto del “fraude”, los cálculos de la oposición fallaron y esos comicios despejaron el camino para el retorno de Aristide a la presidencia en unos sufragios al que, según los


cálculos de organismos internacionales, no compareció más del 15% de la matrícula electoral.A partir de entonces, se inició una confrontación entre Gobierno y oposición que sumergió a Haití en un proceso de incomprensión e inestabilidad que pasó por la insubordinación de comisarios de Policía y de por lo menos tres fallidos intentos de golpe de Estado, el último se los cuales se produjo el 17 de diciembre del 2001.


En represalia a esa intentona, bandas armadas de Lavalás salieron a las calles provistos de picas y jachos e incendiaron y destruyeron locales y residencias de partidos y dirigentes de oposición, entre ellos la bbiblioteca del historiador Gerard Pierre Charles, tenida como un patrimonio nacional.


El mismo día en que Aristide se juramentó, el 7 de febrero del 2000, la oposición le colocó un gobierno paralelo encabezado por el jurista Gerard Gourge, el hombre por quien el mando militar haitiano, a la cabeza de Williams Regala y Henri Namphy, hizo abortar las elecciones del 29 de noviembre de 1987 en que resultó asesinado el camarógrafo dominicano Carlos Grullón.


HABLA PARAISON


El cónsul haitiano consideró que a pesar de esas condiciones adversas, “las sanciones económicas injustas mantenidas por la comunidad internacional y la postura irreflexiva e irracional de la oposición haitiana, el presidente Aristie, ha logrado, sobre todo, mantener la paz en el país”.


Opinó que el gobernante ha mostrado un alto interés en lograr un acuerdo con la oposición que pueda permitir una gobernabilidad sin trabas, “llegando incluso a llamar personalmente a las principales figuras de la oposición haitiana para exhortarlos a buscar una salida patriótica que evite que el pueblo siga pagando el costo de esa crisis política”.


“Dos años despues de estar inmersos en esa crisis no se ha dado ninguna exclusión social por la lealtad que mantienen los haitianos que lo apoyaron en las urnas y lo siguen apoyando hasta el día de hoy”, dijo el funcionario consular.


Reconoce que el país sobrevive a través del empeño del gobierno de Aristide por lograr mayores recaudaciones fiscales y con el gran apoyo de las remesas de la comunidad haitiana en el exterior.






Si la transparence existait, on pourrait savoir combien a coûté,  -à qui? à nous autres, citoyens payeurs de taxes,–la propagande déchaînée, sur un mode hystérique, par le pouvoir en place, contre la grève du vendredi 24 janvier. Or, avec la grève, le risque de confrontation est nul. On n’envoie pas de pierre sur le vide et toute liberté était laissée aux “contre-manifestants” d’occuper les places et les rues, ou à n’importe quel citoyen ou citoyenne de vaquer à ses occupations. Le succès d’une grève se mesure au vide qu’elle crée et c’est ce vide qui fait peur au pouvoir en place. Ce vide, ce silence, cette disparition soudaine de l’homme des rues, a sa propre  éloquence qui provoque la panique et la terreur dans les cercles populistes.


 


Or il s’agit de refaire 86, mais d’une autre manière. Reprendre les revendications du mouvement démocratique. Retrouver l’unité historique du peuple revendicatif, comme aurait dit le regretté Marcel Gilbert, l’un des introducteurs du congrès de la Concertation Démocratique, avec Roger Dorsainville et Roger Gaillard, ce Congrès qui avait pour but de créer “une unité largement large”, Cette fois ci, dans le souvenir de ce mandat, se réalisait l’unité de tous les secteurs de la nation dans la constatation d’un désastre.


 


Nous sommes tous, en effet, “le peuple haïtien”, quels que soient la variété de nos situations, ce peuple haïtien qui se retrouve coude à coude à certains moments de l’histoire, quand  un danger qui  menace la nation exige un sursaut collectif. Le 7 novembre 1986 fut un de ces moments, car, avec la disparition de Charlot Jacquelin, c’est le spectre sinistre d’un monde trop connu qui reparaissait. La disparition de Charlot Jacquelin et le refus des autorités militaires de dire la vérité sur son sort pouvait annoncer la disparition de chacun de nous, comme avaient disparu les milliers de nos frères et  soeurs, pères et mères, dans les oubliettes de l’enfer duvaliérien.


 


Il y de ces moments, comme en 1803, ou le peuple haïtien, dans sa diversité sociologique, ses groupes compétiteurs et complémentaires, se retrouve coude à coude,  sur le chemin de Vertières Comme me le disait, avec une certaine emphase, un témoin de cette journée de grève, une dame pour qui j’ai beaucoup d’affection, “c’est la nation qui finalement se prend en mains”.


 


Malheureusement, le pouvoir, déjà depuis 1991, lui avait tourné le dos, préférant  une compagnie plus restreinte et la complicité des bonnes affaires menées entre soi. Mais en tournant le dos à la mystique de l’unité nationale, quelle que soit l’origine des citoyens haïtiens, quelle que soit leur appartenance à une famille politique ou un clan familial,  en préférant un lien personnel au chef de la tribu plutôt que la diversité et la richesse des appartenances à des molécules sociales, le courant populiste tournait le dos à son destin national, à son mandat historique, aux grandes entreprises de la nationalité haïtienne, à la transition démocratique, aux problèmes du pays, au pays, lui-même.


 


Car, pour se consacrer à ses propres desseins, le groupe populiste est devenu prisonnier des vertiges du pouvoir “total”, le pouvoir à 100%, clé d’un enrichissement accéléré, à partir des terres d’Etat, de contrats d’Etat, des budgets d’Etat, et des entreprises d’Etat, particulièrement le téléphone, les ports, les commandes de matériel, les assurances. Il se retrouve à l’heure actuelle dans une situation tellement inextricable, dans tous les domaines, que la possibilité d’un revirement est minime, étant donné les n?uds de complicités, l’absence d’une vision d’Etat, l’absence d’un  programme cohérent de développement, l’absence du rayonnement didactique de l’exemple, de haut en bas de l’échelle sociale. Ce sont ces vertiges et cette dérive maléfique que, dans “Les frères Karamasov” de Dostoïevski, Ivan, personnifié par le Grand Inquisiteur, décrit à cet homme silencieux qui ne pipe mot mais qui le regarde d’un regard qui le brûle, ce personnage revenu sur terre qui n’est autre que le Christ..


 


Ces desseins, nous les avons vu se déployer progressivement. Les militants d’hier transformés en affairistes et en pourchasseurs d’opposants ne sont plus les enfants de ch?ur que l’on croyait  Ils ont goûté à l’argent et au sang, et surtout à la peur que leur présence déclenche. Un tel réseau d’appétits a fait voler en morceaux la gouvernance populiste, et transformé en slogans vides les appels à la justice, à l’union nationale, à la paix, car au niveau du réel, c’est le contraire qui est encouragé et exécuté. Dans cet état démembré et délinquant, impossible d’obtenir un renseignement valable, un chiffre exact. Surtout ne pas essayer de lire le dessous des cartes. L’heure est aux affaires. L’heure, qui est l’heure du crime, est aussi l’heure du mensonge. C’est le temps des histrions, affairistes et manipulateurs. C’est le temps de la farce, une farce tragique qui ne fait pas rire parce qu’elle est  annonce de mort. C’est le règne de la parole de bois, de la récitation des grands principes, truffée de mots passe-partout vagues et abstraits, alors qu’on vous demande, messieurs, simplement, l’heure qu’il est.  


 


Comment cela a-t-il été possible ? “Comment en un vil plomb l’or pur s’est-il mué?”  J’avoue que j’ai des difficultés à l’expliquer à des amis ou des visiteurs de l’étranger qui, n’arrivant pas à comprendre ce revirement, préfèrent, dans certains cas, ne plus parler d’Haïti. A regarder l’une ou l’autre tête, des tètes pourtant bien distinguées, on se surprend à murmurer  Quantum mutatus ab illo!”. Devant ce revirement étonnant, cette capacité de répondre aujourd’hui par la négation de ce que l ‘on récitait hier, la presse mondiale garde un silence gêné, alors qu’en 1994, Haïti était le cinquième sujet à occuper l’attention mondiale. Contrairement à ce que racontent certains slogans, on nous aime beaucoup, et on nous admirait.


 


C’est ce qui explique ce silence peiné quand, à tous les niveaux de la vie quotidienne, on a le spectacle de l’arbitraire, d’un Etat en morceaux, d’une  justice bloquée, de la corruption au centre de la gouvernance, de la confusion entre ordre et désordre, entre  justes et délinquants, de l’improvisation permanente, et surtout les incohérences d’un discours qui n’hésite pas  à creuser les chemins de la division, de haine et de l’exclusion, utilisant les media de service public et même des annonces payées  Campagne fielleuse et irresponsable, à un moment décisif, qui confirme la maladie infantile de la nationalité haïtienne : le recours à des discours d’exclusion, au sein même du concept de nationalité, qui fragilise, deux cents ans après 1804, une situation déjà suffisamment précaire. L’insécurité, c’est d’abord cela : l’incertitude qui plane sur toute chose, parce qu’au centre de tout, on a perdu la ligne qui sépare le légal de l’illégal, le permis du prohibé. Dans ce marécage, l’Etat se dissout, comme s’efface toute distinction entre bien et mal.


 


Les cadres de référence  ayant disparu dans ce bouillon, qui donc protègera le citoyen ? Avec qui bâtira-t-on l’avenir sans une unité de nation ? Dans un pays où il n’existe pas d’indigènes, et pour cause!, les exclusions font des distinctions entre différentes classes de nationalité; aberration légale qui a trouvé pourtant trouvé son chemin même dans la Constitution de 1987 qui frappe les Haïtiens de la diaspora aussi bien que les citoyens devenus tels par naturalisation.


 


Pourtant, sous nos yeux regardant le vide du 24 janvier, se manifestait, non sans une certaine dose de tristesse et de componction, de soupirs et de silences, l’unité historique du peuple revendicatif. Car la “société civile” n’est pas autre chose, c’est le peuple haïtien se retrouvant dans les institutions, groupes et organisations créés par lui , c’est le peuple dans son unité essentielle, au delà des épiphénomènes et des différences individuelles, , c’est le peuple des citoyens, tous égaux selon la loi.. Quand la nation est en péril, quand ses libertés sont menacées, quand le Temple s’est changé en bureau d’affaires, et quand les appétits individuels ne sont plus contrôlés, quand la loi, les lois, la décence et la vérité sont bafouées par des “comédiens”, et les institutions étatiques paralysées, la parole est à la nation.


 


Cette parole s’exprime parfois par des individualités qui prennent le devant, quoi qu’il en coûte Ainsi, aux Etats-Unis, deux journalistes, au nom de tous, suivent les traces des cambrioleurs de Watergate, dans un jeu de découvertes et de  révélations successives qui finit par ouvrir les yeux à toute la nation. De même, le Times Magazine a choisi comme héros de l’année 2002, trois femmes. L’une qui travaille à  la FBI n’avait pas hésité à souligner une négligence grave dans le traitement d’un  message. Les deux autres, à Enron et à WorldCom, malgré pressions, menaces et humiliations, avaient dévoilé les mensonges qui occultaient les tripatouillages, les fausses données et les procédures frauduleuses de la comptabilité de ces deux compagnies.


 


Notre histoire ne manque pas d’exemples semblables. Il nous faut révérer l’exemple de ces hommes et de ces femmes, et pour la mémoire du peuple haïtien, célébrer les noms de ceux qui ont su affronter dans la peur et le tremblement, mais sans sourciller, les menaces, les tortures et la mort des pouvoirs aux abois. Pour le moment, c’est un silence, un silence de mort, qui recouvre 44 ans d’exécutions sommaires et de dilapidations. L’impunité, garantie par le silence des victimes, l’amnésie de la société et le blocage de la justice, continue de plus belle. Le triptyque justice, transparence, participation est resté accroché quelque part pendant la campagne électorale. Paix, dialogue, négociation, patience, ce sont des mots et des slogans  inlassablement adressé aux familles des  Ti-Jean Pierre-Louis,  Jean Dominique, Brignol Lindor, Eric Pierre et des trois garçons de Viola, ainsi qu’aux dizaines de milliers d’autres disparus de 1957 à nos jours, disparus, une seconde fois, sous le voile d’ un immense secret qui nous empêche de dormir.


 


C’est pour un dessein autre, pour un destin autre que le peuple haïtien s’est retrouvé ce vendredi 24 janvier, comme il s’était retrouvé , deux mois avant, sur la route de Vertières, la route de la décence.. Ce 24 janvier, il fallait dire non à l’inacceptable, tous ensemble, en acceptant, simplement, de ne pas prendre la rue ce jour-là. Il fallait  de nouveau et toujours, dire oui, par ce geste de non mouvement, aux valeurs de 86, sanctionnées par le Constitution de l987. L’initiative de ce jour-là, ces “non” et ces “oui” qui scellaient l’unité de la nation, c’était une précaution “préemptive”, une propédeutique pour toute action de salut,  pour assurer la survie quand partout apparaissent les signes et les indices d’une catastrophe, d’une banqueroute nationale qui ne suscite de la part du pouvoir que des litanies incantatoires. Un pouvoir qui maudit ses anciens amis, qui  insulte les récalcitrants, tout les invitant doucereusement au dialogue et au partage, tout en  refusant obstinément de reconnaître ses propres responsabilités, enveloppé dans l’incohérence de ses discours vides de message.


 


Cependant, cette improvisation permanente, en l’absence de toute programmation de développement, ne suffit pas à rendre compte de la dérive du pouvoir par rapport au mandat qui lui avait été confié en 1990. Tout se passe, comme dans les films de terreur, comme si les victimes, l’une après l’autre, étaient transformées par les monstres en nouveaux monstres, pour ensuite revenir parmi nous. Si Daniel est descendu dans la fosse aux lions, ce sont les lions qui ont gagné : Daniel est devenu lion..


 


On ne peut, en effet,  exorciser la puissance maléfique du pouvoir, on ne peut résister au vortex du mal que si l’on maintient une distance, une capacité de recours, une attitude fondamentale de non complicité. Sinon, c’est le recours au “Kase fey, kouvri sa” où il faut constamment  dissimuler pour “que la poule ne crie pas quand on la déplume”. Il faut effacer les traces. Il faut, per fas et nefas,  obtenir le silence des témoins et des complices. Il faut inventer les faux cas, les fausses pistes et les faux témoins. Cette dérive conduit nécessairement à pactiser avec “l’autre” face du pouvoir, celle dont la face n’est jamais éclairée, qui dispose d’une sémantique nouvelle, celle qui  porte en permanence sur sa face le masque et à l’épaule, la faux de la mort et qui règne sur le monde des malins où règne un silence crapuleux. Comme raconte la sagesse populaire : “Il y a toujours un baka qui garde le trésor”. Le baka a bonne mémoire et ne manque pas de réclamer son dû, péage impose.


 


Dans la dérive populiste qui va de 1990 à 2003, et qui, par son ampleur, semble  offre très peu de prise à un retour à la légalité, on peut déjà tracer des points de repère qui vont de l’appropriation des fonds publics et des “media d’état”, à la mise en condition de toute institution de contrôle et de sanction propre à un état démocratique, et au contrôle total de la machine électorale et de ses procédures.. Et si comme cela ne suffisait  pas, il y aura la menace officielle de la “Tolérance zéro”,qui, en langage haïtien, proclame la permission de tuer; il y aura, le 17 décembre 2001, les maisons et locaux des partis livrés aux flammes, il y aura la chaîne infernale des assassinats et des disparitions, les blocages de la justice et la chasse aux journalistes trop curieux, aux témoins trop bavards et aux militants trop zélés.


 


Ceux qui se laissent entraîner dans cet entonnoir deviennent peu à peu tous semblables, ils portent sur leur visage le masque impassible du silence. Seule la vérité pourrait les libérer. Comme Eichmann, ils ont endossé, par le pouvoir maléfique du pouvoir, les traits de la banalité, selon l’étonnante expression de Hannah Arendt,  banalité du fonctionnaire modèle, organisant sans état d?âme apparent le transport d’un peuple d’hommes, de femmes et d’enfants à travers l’Europe Ils sont devenus instruments mécaniques d’un Royaume de mort..


 


 


Jean-Claude Bajeux


1er février 2003, 16e anniversaire du


Congrès National des mouvements démocratiques, chez les Salésiens de Thor..



 

Originally: La presse haïtienne au service de la démocratie

     


            Mesdames et Messieurs bonsoir,


 


                        Les organisateurs de l’Initiative Citoyenne m’ont une fois de plus fait l’honneur de m’inviter à participer à leurs activités qui, depuis le Week-end de l’Unité en novembre dernier, font désormais la une de la presse autant qu’elles dénotent d’une créativité et d’une détermination grandissante de la part des citoyens Capois de participer activement à la vie politique et sociale de notre pays. Je tiens à les remercier sincèrement pour leur invitation et à les féliciter, ainsi que vous tous, pour votre engagement.


 


            On m’a donc demandé de faire une présentation autour du thème «  Presse et Démocratie » Toutefois, ce thème est si large que j’ai pensé qu’il serait souhaitable de vous parler de la presse haïtienne au service de la démocratie, des enjeux d’une telle mission à un moment critique de notre vie nationale ainsi que par rapport aux nouveaux enjeux de l’information à travers le monde. Il me semblait que cette approche était d’autant plus importante dans le cadre de ce colloque initié par la société civile capoise car vous n’ignorez pas que le concept de la société civile a connu un nouveau tournant avec le Week-end de l’Unité au Cap le 17 novembre dernier et à Port-au-Prince avec l’apparition sur la scène politique du Groupe des 184. Or la presse est une composante fondamentale de la société civile et nous verrons ensemble comment la presse haïtienne, est aujourd’hui plus que jamais menacée par la crise politique autant que par le refus grandissant du pouvoir Lavalas de permettre au pluralisme politique de prendre racine en Haïti mais aussi comment elle a contribué de façon remarquable à l’expansion des valeurs démocratiques : mission qu’elle ne doit en aucun cas abandonner dans le difficile processus démocratique que nous vivons.


 


La presse, ferment de la démocratie


 


            La liberté de l’information est garantie tant par la Déclaration Universelle des Droits de l’homme et du Citoyen que par notre Constitution de 1987. Dans la première, l’article 11 stipule que : «  La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi » Dans la seconde, l’article 28 stipule que « tout Haïtien a le droit d’exprimer ses opinions, en toute matière, par la voie qu’il choisit » et l’article 28-1 précise que « le journaliste exerce librement sa profession dans le cadre de la loi. Cet exercice ne peut être soumis à aucune autorisation, ni censure, sauf en cas de guerre » Bien entendu, entre les droits et le respect des droits, il y a toujours un long chemin à parcourir, chemin souvent solitaire et dangereux pour le journaliste en particulier dans un pays comme le nôtre. Inutile de vous rappeler ici et en détail, l’éclosion et le développement des moyens de communications et surtout des radios en Haïti depuis 1986. Mais il est clair que si depuis la chute de Duvalier, la presse haïtienne ne s’est peut-être pas encore totalement épanouie, mais elle connu une expansion certaine et irréversible, même face à la répression des militaires sous les différents Coup d’Etat qu’aujourd’hui sous la menace des membres d’OP ou celles à peine voilées de certains hauts dignitaires du régime Lavalas. En effet, depuis le 17 décembre 2001, la presse haïtienne est de nouveau sous haute pression surtout suie aux déclarations de M.Yvon Neptune, alors Président du Sénat, aujourd’hui Premier Ministre, qui après cette macabre journée orchestrée par le pouvoir, selon le rapport de la Commission d’enquête de l’OEA autour des événements du 17 décembre, eut à déclarer que «  le peuple avait identifié ses ennemis » Pour la première fois donc depuis 1986, la presse, comme l’opposition, était taxée d’être par le « l’ennemi du peuple » La presse indépendante a unanimement condamné ces propos mais depuis il est clair, pour l’ensemble de la corporation, que la presse indépendante constitue une cible privilégiée du pouvoir. En témoignent l’assassinat crapuleux de Brignol Lindor,l’impunité dont jouissent encore ses assassins ou ceux de Jean Dominique,l’exil de plus de 15 journalistes depuis le 17 décembre, l’affaire Jacky Cantave ou encore, dernièrement, les nombreux journalistes des Gonaïves qui ont du prendre le maquis pour échapper à la répression sauvage d’Amiot Métayer et de son « armée cannibale » et, ici même, au Cap haïtien, les pressions et exactions commises contre Radio Maxima dont nous saluons ici le courage et la détermination. Cette semaine encore, le Directeur de la Salle des Nouvelles de Radio Métropole, Rotchild François Junior, a été menacé par le chef de l’armée cannibale. En effet, dans des déclarations faites à Radyo Guinen, Amiot Métayer a reproché  à ce journaliste d’insister sur son dossier à l’occasion d’une récente interview avec le ministre de la Justice, M.Calixte Delatour. Dans cet entretien, le puissant chef d’OP a demandé au journaliste de cesser “de se mêler de ce qui ne le regardait pas” Le secrétaire général de l’AJH, M.Guyler C.Delva, a dénoncé les propos tenus par l’activiste Lavalas et affirmé que la presse n’acceptera pas de diktat de M.Métayer tout en se déclarant préoccupé. “Nous prenons ces menaces très au sérieux vu l’impunité dont jouit M.Métayer, un fugitif qui devrait être arrêté et qui est responsable de l’exil forcé à Port-au-Prince, de sept journalistes des Gonaïves menacés par l’Armée Cannibale” a indiqué le dirigeant de l’AJH qui a aussi demandé aux autorités d’assumer leurs responsabilités. La presse indépendante n’a donc pas finit d’être dans le collimateur de ce chef d’OP, et par là même, du pouvoir Lavalas. Qu’à cela ne tienne, la presse indépendante haïtienne accuse les coups mais continue courageusement sa mission qui est celle non seulement d’informer mais également de promouvoir les droits de l’homme et les idéaux démocratiques dans notre néo-démocratie.


 


            En effet, le renforcement de la citoyenneté et du rôle de la société civile à travers le monde est devenue une exigence internationale pour le développement démocratique et durable qu’il faudra impérativement assurer en Haïti. Pour ce faire, il n’est nul besoin d’insister sur l’aspect essentiel de l’information et de la presse. Elles permettent à l’opinion publique d’être plus avisée et plus impliquée dans la gestion des affaires publiques. Aujourd’hui, et particulièrement depuis le 17 novembre dernier, la persistance de la crise issue du scrutin frauduleux de mai 2000, la faiblesse organique de l’opposition politique alliée aux manœuvres d’intimidation et de chantage du pouvoir, la misère grandissante , insupportable et intolérable dans laquelle s’enfoncent toutes les couches de la société haïtienne, confèrent à la société civile – dont la presse est une composante fondamentale- une importance déterminante pour la survie ou plutôt, l’instauration d’une réelle démocratie en Haïti. Le rôle politique et social de la presse indépendante en particulier, comme pilier et garant de l’approfondissement du processus démocratique en cours, se trouve donc accru. La pugnacité et l’imagination dont fait preuve la jeune presse nationale, en dépit de la précarité de ses conditions de travail, en butte aux difficultés d’ordre matériel et financier et aux vexations et pressions de nature politique, sont absolument dignes d’éloge et commandent de la part des démocrates l‘expression toujours renouvelée, vigilante et prompte d’une solidarité agissante. Le droit et la liberté de presse sont d’un intérêt vital dans l’état actuel d’Haïti et de la tentation totalitaire du pouvoir de censurer ou d’interdire  toute forme de libre expression. Le pouvoir Lavalas ne s’y est d’ailleurs pas trompé puisqu’il voit dans la presse indépendante un opposant de taille et le principal obstacle aux tentations autoritaires et à l’incurie chronique de la gestion gouvernementale. Après avoir tenté de réglementer la presse sans succès, après


 


avoir lâché les « chimères » derrière les journalistes, voilà qu’aujourd’hui le pouvoir est passé à une autre tactique : celle d’acheter les médias indépendants à travers des prêtes-noms. Le rachat récent des 60% d’actions de Télémax est un exemple notoire de l’emprise grandissante du pouvoir, et selon la rumeur publique de M.Aristide personnellement, sur les médias. Les rumeurs faisant état de l’achat probable d’autres radios indépendantes sont des plus inquiétantes et nous déplorons le fait que cette tentative de « récupération » ( pour ne dire que cela !) d’une partie de la presse indépendante n’ait pas encore été dénoncée par les secteurs concernés. En effet, n’est-il pas tragique et même dangereux de constater qu’aujourd’hui, en Haïti, toutes les télévisions tant soit peut structurées appartiennent ou à l’Etat ou à M.Aristide ? Or lorsque l’on voit la propagande éhontée et nauséeuse qui nous est imposée par ces télévisions, quotidiennement ; les mensonges qui y sont diffusés et les montages insidieux financés par les taxes des contribuables, il est urgent que toute la presse et l’ensemble de la société civile se penchent sur cette problématique épineuse pour trouver une solution ou une alternative à l’expansion publique du mensonge lavalassien. Car, à travers ces télévisions, la tactique gouvernementale est d’inciter une majorité analphabète à cultiver l’opacité et la complaisance, à taire les critiques, au motif qu’elles desserviraient les intérêts nationaux à un moment particulièrement délicat, où le pouvoir négocie fiévreusement, à force de falsifications, contre vérités, demi-mesures équivoques et mensonges, une reconnaissance nationale et internationale pour imposer sa pseudo-légitimité. Mais à travers ce genre de pratique, le gouvernement se trompe d’analyse et de cible, de diagnostic et de thérapeutique, et s’expose à de nouvelles désillusions s’il persiste dans cette voie. Car la réalité est têtue et ne saurait se plier aux désirs d’une « gouvernementalité » forcenée. La critique demeure encore le meilleur ferment de la démocratie et la presse en est le meilleur vecteur. En ce sens, je tiens à rappeler ici qu’un des tribunaux internationaux les plus avant-gardistes dans le développement des médias et de la démocratie est la Cour européenne des droits de l’homme. Cette dernière a conclu que la liberté des médias est non seulement vitale pour garder les citoyens informés sur le sujets d’intérêt public mais que les médias doivent également agir comme chiens de garde du gouvernement : «  il incombe à la presse de transmettre l’information et les idées sur les sujets d’intérêt public. Non seulement doit-elle avoir la tâche de transmettre une telle information et de telles idées : le public a aussi le droit de la recevoir. S’il en était autrement, la presse ne pourrait jouer son rôle vital de chien de garde public » Il est essentiel qu’à l’aube du 21ème siècle, siècle de l’information par excellence, les Haïtiens comprennent que la liberté de presse, ce n’est pas seulement ni surtout le droit du journaliste de diffuser ses informations. C’est d’abord le droit du public au pluralisme de l’information et de l’analyse. L‘expression individuelle, même entre les mains d’un journaliste, importe moins, pour l’intérêt commun, que la diversité, que le pluralisme, que la possibilité de pouvoir comparer les informations et les points de vue. Or, aujourd’hui alors que dans le monde entier, les ondes se sont libéralisées, voilà qu’en Haïti, jamais elles n’ont été autant étatisées. Ceci constitue un frein sans précédent dans l’histoire de la presse haïtienne autant que pour le processus démocratique en cours.


 


           


La presse, vecteur du développement démocratique


 


            Si le rôle de la presse indépendante est avant tout d’informer, de critiquer et d’analyser, il est aussi évident que dans un pays comme le nôtre, la presse ne peut se limiter à sa seule mission d’information. Les journalistes doivent quotidiennement investir tous les domaines de la vie publique et œuvrer dans le sens des droits de l’homme mais aussi d’une connaissance et d’une meilleure assimilation de ces droits.


 


            Dans les pays en développement, en Afrique et en Haïti, la libéralisation médiatique de ces dernières années a conduit à des changements heureux et, depuis, le débat politique traverse toutes les couches populaires notamment à travers les « libre tribunes ». Toutefois, il conviendrait d’élargir ce débat et de le renforcer en vue d’une meilleure implication de la population à la transition démocratique en cours. La radio par exemple, demeure le médium par excellence car elle compense l’analphabétisme des uns et l’absence de moyens des autres. Elle est donc un outil d’IEC ( information, éducation et communication) de premier ordre et en premier plan. Il faut donc l’employer aussi à transmettre des messages, une information pluraliste qui puisse promouvoir les enjeux de l’exercice du pouvoir, de sa conquête et de l’effectivité des droits de l’homme. Ainsi, les radios peuvent grandement contribuer à l’émergence d’une société civile responsable dans laquelle les citoyens se reconnaissent et se mobilisent pour contrôler l’action publique et, par là même, prendre en main le devenir de leur avenir. L’impact de la communication sur la construction démocratique devient donc une opportunité mais également une responsabilité majeure pour les tenants du 4ème pouvoir. D’autres effets multiplicateurs sont à prévoir à long terme. Par exemple, la reprise du contenu de certaines émissions par des associations communautaires de base lors de causeries populaires, ou au cours de sessions de formation des adultes dans les zones rurales ou même en ville, est un excellent moyen de multiplier l’impact sur la population. Ces zones cibles pourraient aider à la diffusion des idéaux des droits de l’homme et de la démocratie à travers les multiples activités sociales, qu’elles soient familiales, syndicales ou culturelles. L’installation de l’Institut Panos en Haïti a déjà prouvé le bien fondé de ces techniques de diffusion. Si lors des campagnes électorales, les spots de sensibilisation (ou de propagande) priment encore, il faut encourager les journalistes à se montrer déterminés, à travers leurs écrits, à participer à l’édification d’une culture citoyenne. Les médias en Haïti ont sans nul doute déjà allégé le poids de l’analphabétisme en créant un nouveau type de citoyen depuis 1986 : c’est celui qui ne sait ni lire, ni écrire mais qui est très au fait de l’actualité politique et sociale grâce aux médias. Ces derniers lui fournissent les outils avec lesquels il affronte le nécessaire combat politique au jour le jour dans une démocratie en construction. Ainsi, si la presse n’est pas le seul soutien de la démocratie, elle joue un rôle essentiel qui se résume en quelques mots : éduquer en informant. Pour accomplir cette double mission, il faut également que les journalistes deviennent de vrais professionnels car la contrepartie de la liberté de la presse, c’est davantage de responsabilité. Or, ceci veut dire que les journalistes devront assumer leur rôle dans le développement national en favorisant le débat démocratique, en informant les citoyens et en leur donnant la parole. Cette responsabilité est d’autant plus grande que lorsqu’elle est mal assumée, elle peut avoir des effets contraires voire pervers et constituer un frein à la démocratie. Devant une telle responsabilité, il faudra essayer de chercher à doter la profession d’une morale et de normes plus élevées notamment à travers un code d’éthique et une déontologie. Si ce sujet a souvent été prôné par quelques collègues, tout reste à faire pour que la presse haïtienne se modernise en ce sens. D’ailleurs, l’adoption d’une déontologie par la presse locale améliorerait son image internationale , renforcerait son rôle dans le développement national, en ferait un partenaire plus efficace de la gouvernance démocratique et créerait les conditions d’un dialogue sinon plus constructif du moins plus équilibré avec les autorités de l’Etat.


 


            C’est précisément parce qu’une presse de qualité est un facteur de progrès puissant pour la démocratie et, ce faisant, pour le développement économique et social, que le renforcement de la presse fait partie intégrante de tout programme de bonne gouvernance. Mais en l’absence de ce dernier, comme en Haïti, il faut d’une part, que les journalistes soient plus vigilants et exigeants dans l’exercice de leur fonction, et d’autre part chercher d’autre moyens, que ceux offerts par la bonne gouvernance, pour appuyer la professionnalisation de la presse et la rénovation de son cadre législatif et réglementaire. Alors seulement, la presse haïtienne deviendra réellement un outil efficace de civilisation au service de la démocratie.


 


Nancy Roc, le 6 février 2003


Conférence prononcée au Cap Haïtien à l’occasion du Week-end de l’espoir organisé par l’Initiative Citoyenne du Cap Haïtien